Que se passe-t-il lorsque ce que vous avez envie de coudre ne correspond pas du tout à ce que vous avez envie (ou besoin) de porter? Par exemple, avec cette première vague de froid (tout reste relatif, hein) qui a déferlé par chez moi, j'aimerais porter des tee-shirt à manches longues ou 3/4, des chemises Bruyère, plein de vestes, de gilets et de petits pulls chauds, bref, tout ce qui me permettrait de garder une température corporelle décente. Là c'est la fille raisonnée qui s'exprime de manière calme et réfléchie sur un sujet qu'elle maîtrise (elle sait même ce qu'elle gagne en qualité/coût à réaliser ses vêtements par elle-même plutôt que de les acheter à prix d'or dans des tissus synthétiques et des finitions bâclées). Et puis il y a votre deuxième moi, ce petit côté Jekyll qui sommeille en vous, la couturière hystérique et incontrôlable qui décide d'envoyer valser tous les patrons que vous avez patiemment et rageusement scotchés en rentrant du boulot fatiguée, ainsi que tous ces projets déjà découpés qui n'attendent que de passer à la machine... Elle envoie tout promener pour décréter qu'aujourd'hui, elle coudra une robe japonaise. En manches courtes en plus. Parce que c'est plus fun. Voilààààà!

_DSC8049

Entendons-nous bien, on la critique cette fille raisonnée et terriblement boring, mais elle nous est quand même totalement indispensable si on ne veut pas se retrouver à aller au bureau en robe d'inspiration victorienne tout ça parce que notre côté fofolle et artistique n'aura cousu pendant 5 mois que des robes de princesses inspirées de Game of Thrones parce qu'elle se rêvait en Sansa Stark. Et vu qu'elle est intelligente, et qu'elle sait qu'elle ne peut rien faire, cette contrôleuse maladive s'en va prendre quelques jours de vacances en laissant le champs libre à la déjantée créative. Parce que le secret d'une vie harmonieuse, c'est de savoir trouver l'équilibre.

_DSC8042   _DSC8047

Bref, la folle déjantée aux commandes a donc décidé de coudre une robe japonaise, même pas prévue dans la collection capsule de cet automne, parce que tant qu'à faire de transgresser les règles, autant y aller franchement. Pourquoi ce soudain attrait pour la couture nippone? Avant les créatrices indépendantes, avant même l'incontournable et respectable Madame Bubu, à l'origine de mon grand saut dans le monde de la couture amateurs, il y a eu les livres de couture japonaise. On peut dire ce qu'on voudra sur leurs patrons à l'ampleur questionnable (quoique ce n'est pas de nouveau tendance ces temps ci entre les Lucie et les Marthe à profusion?), à l'époque, quand google n'était pas encore mon meilleur ami parce qu'il n'en avait rien à battre de la couture, c'était les seuls qui avaient le soucis pédagogique de proposer des schémas hyper clairs pour l'assemblage de leurs patrons. J'ai donc un paquet de livres japonais en stock, qui ont été feuilletés de très nombreuses fois sans que je ne me décide pour autant à passer à l'étape suivante, celle de la réalisations de leurs modèles. Et puis il y a eu la finale de la dernière saison de Great British Sewing bee qui proposait la couture du tee-shirt 4 du livre Drape Drape 2.

_DSC8044

Ce souvenir bien ancré dans sa mémoire de moineau (qui ne retient donc que ce qu'elle veut), il n'en aura pas fallu moins à la couturière déjantée pour se jeter à nouveau sur son trésor japonais! Mais parce qu'elle est décidément imprévisible, elle se sera arrêtée au tome 1, sur la Robe 3 - Gather drape dress. Ca tombe bien, elle avait un beau jersey à pois blancs à tester.

_DSC8065   _DSC8064

_DSC8061

Mes mesures corporelles correspondant à une taille ML (voir L à partir de la taille), j'ai néanmoins coupé la robe dans une taille S. En effet, J'avais lu sur pas mal de blogs que la robe taillait grand, et lorsque j'ai mesuré la longueur de la taille directement sur le patron, le chemin à suivre était sans équivoque possible celui du S. Déjantée certes, mais pas inconséquente. La construction de cette robe est pour le moins originale car elle se coupe en une seule pièce (il en faut du machivélisme et du génie dans un cerveau pour arriver à ce résultat)!!

_DSC8043

J'ai apporté quelques modifications :

- Mes jambes de héron m'ont priée de rallonger la jupe de 3 cm afin de préserver leur décence et dignité

- N'ayant qu'une fermeture de 40cm sous la main (au lieu de celle de 60cm préconisée), j'ai eu la brillante idée de rattraper ces 20 cm manquants en rajoutant une grosse goutte surplombée d'une ouverture boutonnée. Ahem, sauf qu'il m'est impossible de fermer ces crétins de boutons de Grmbl@"&# toute seule. Un peu gênant cette histoire, parce que me tortiller tel l'asticot ridicule passe encore, mais si c'est pour qu'au bout de 20 minutes (limite de ma patience) ces crétins de boutons de Grmbl@"&# ne soient toujours pas attachés, ce n'est pas gérable. Bref, il faut donc que je les remplace par des boutons pressions.

- J'ai renforcé la jointure des manches avec le corps à l'aide d'élastique transparent, sinon le tissu se déchirait au fil de la journée, soumis à une pression trop importante.

Reposée, la couturière raisonnée reprend les rênes de son wearability project tandis que son double maléfique s'en retourne satisfaite à son bouillonement d'idées pour préparer sa prochaine apparition intempestive dans le quotidien tranquille de Josy la MAC, insensible devant ces changements de styles. Tant qu'elle continue à coudre...

Fiche technique - gather drape dress