"Le bouton ne tient qu'à un fil" [Mia]

05 mars 2015

[Veste en mailles] le tricot Game of Thrones

Désolée pour les purs fans, si je vous ai machiavéliquement attirés par ici avec un titre juteux, mais ce gilet tricoté n'est en rien inspiré de la série... Il ressemble peut être vaguement et avec une bonne dose d'imagination, à une côte de mailles (haha), sauf que la matière première est plus douce et infiniment moins pesante! Non, mais surtout, la vraie histoire, c'est que j'ai tricoté cette "veste ajourée" devant la version US des quatre premières saisons (à raison de 10 épisodes environ par saison, cela vous donne une idée du temps passé sur ce tricot et de ma vitesse de tortue de compétition) de cette série addictive tirée de la saga fantaisy du même nom de George R. R. Martin. Ce gilet porte donc les traces de mes chocs émotionnels causés par chaque rebondissement sanguinaire, et si vous aussi vous l'avez regardée, vous savez qu'il y en a beaucoup, pour parler en euphémisme...

Veste tricot drops - côtes de mailles

Breeef, à peine fini d'être tricoté, on peut dire qu'il a déja un lourd vécu. C'est le modèle Indulgence 152-36 (parce qu'à cette époque moyennageuse imaginaire, ils en manquaient cruellement) qui fait partie de la collection tricot été 2014 de Drops design, tricoté dans Pingouin (Sedificada - 100g/167 mètres) une fausse laine brésilienne (30% de laine uniquement avec le reste en acrylique) achetée à mon arrivée chez Armarinho de la 25 de Março alors que je ne connaissais presque rien (de la ville, de la langue, et de GoT).

Drops - veste ajourée indulgence   152-36 modèle Drops design

Le gilet-veste se tricote en trois morceaux : le premier comporte tout le dos ainsi que les manches, et les deux derniers sont les pans de devant. C'est assez original comme montage mais on ne peut pas espérer une coupe ajustée : c'est donc plutôt un modèle loose à porter nonchalemment au-dessus d'un jean et d'un tee-shirt. J'ai tricoté ce modèle été mais autant vous dire qu'il est prévu pour mon hiver, parce que l'été ici qui fait 37°, on n'a pas vraiment besoin de couches supplémentaires...

Indulgence - Drops

Il se tricote sur des aiguilles 5 en points jersey allers-retours avec deux points fantaisie différents pour la partie dos et les devants. Ils sont assez simples et comportent des mailles glissées et jetées. Malgré cela, et à cause de l'émotion (gaaaaaah la fin de la saison 3!!), j'ai des "oublis" et des petits "décalages", mais qui heureusement ne se remarquent pas trop.

Dos veste tricot Indulgence - drops   Détails veste Indulgence -2

Est-ce son lourd passé de souffrance ou a-t'il choppé au passage une malédiction, toujours est-il que lors de mon dernier passage en France, il a failli y passer par deux fois! La première dans ma valise lors de mon voyage aller qui a été témoin d'une catastrophe alcoolisée avec un raz de marée de cachaça à cause d'une bête bouteille en verre qui n'a pas tenu le choc dans la soute de l'avion... fort heureusement, ma veste laineuse et douillette a échappé aux morceaux de verre tranchants de la bouteille, ce qui n'a malheureusement été le cas pour tous mes vêtements parmis lesquels je déplore quelques pertes. La deuxième attaque était d'autant plus pernicieuse qu'elle provenait d'une âme innocente en la personne de la Choupichoup', ma petite soeur adorée, qui m'a demandée suppliée avec ses grands jolis yeux larmoyants s'il ne valait pas mieux qu'il reste en bonne pension chouchouté en France plutôt qu'il ne reparte au Brésil ou il sera honteusement oublié dans le fond d'un placard jusqu'à l'hiver prochain...?

C'est ma veste à moi

Après les photos, je l'ai arraché aux mains de la douce. Depuis, il croupit dans sa geôle armoiristique ou il attend impatiemment l'arrivée des jours meilleurs et froids, durant lesquels on regardera à deux, lovés dans la chaleur du canapé, les derniers combats sanglants de la saison 5 de Game of thrones, en souvenir du bon vieux temps.


27 février 2015

[Myrtle] Et le sempiternel sketch du cadeau

(English after / português a seguir)

Qu'offrir à une personne qui ne partage pas du tout vos goûts?

Je pense qu'on a tous quelqu'un dans notre famille ou notre entourage qui représente le véritable casse-tête du cadeau. Parce que d'habitude on se sert de notre auto-contrôle pour valider ou non une idée cadeau avec la sentence idéale qui scellera le sort du-dit objet dans notre panier d'achat : "oh ça c'est joli, ça lui plaira!". Mais que faire quand le joli de l'autre ne correspond pas à notre conception propre du joli? Comment être sûre de ne pas viser à côté? Parce que là réside bien le casse-tête du cadeau en général : rentrer dans la tête de l'autre, deviner ses envies ou ses besoins et réussir à lui faire plaisir. Et le challenge du cadeau tient bien dans cet exploit : quand il atteint son but ultime et qu'il plaît à son destinataire, il devient le sésame, la consécration, la preuve de notre amour pour l'autre car on "le connaît assez pour le deviner". Et au contraire quand il ne plaît pas, il devient un échec cuisant pour celui qui offre et une déception pour celui qui le reçoit "pfff j'avais pourtant laisser des indices assez clairs!". Rien de pire que cette réponse à la question "qu'est ce qui te ferait plaisir?" "Tout, j'adore les surprises". Okaaaay le challenge est fixé! 

Colette - robe Myrtle

Avant, je ne comprenais pas les personnes qui faisait des listes : je les trouvais terriblement matérialistes de se focaliser ainsi sur un objet et de quelque part "obliger" l'autre à payer quelque chose, de ne pas lui laisser la liberté de choisir aussi en fonction de ses moyens. Mais est-ce que cette "liste" (bien faite par exemple avec des indications claires mais qui laissent un peu de liberté) ne serait-elle pas plutôt une preuve de notre maturité, le fait d'accepter que l'autre ne peut pas lire en nous, d'arrêter de rejouer indéfiniment le sketch "prouve moi que tu m'aimes" et donc lui faciliter la vie en disant les choses simplement? Un peu comme si, dans le même registre, on faisait enfin le deuil du fait que que par exemple notre conjoint ne puisse pas lire dans nos pensées et plutôt que de lui en vouloir de ne pas nous comprendre, se sentir frutrée et mal-aimée d'être incomprise, pourquoi ne pas prendre la responsabilité d'assumer nos besoins et simplement demander "j'aimerais que tu fasses ça pour moi, veux-tu le faire?", la vie ne serait-elle pas infiniment moins compliquée? 

Couture femme facile - Myrtle

Chaque année sur T&N revient une discussion "pour Noël, vous offrez du home-made?". C'est un grand débat : certains considèrent que le home-made c'est cheap, d'autres lui accordent beaucoup plus de valeur, proportionnelle au temps de réalisation du cadeau, certains préfèrent des choses qui "ont un prix"... Personnellement j'essaye de jongler entre ceux qui pourront apprécier ce que je fais moi-même et ceux qui préféront quelque chose d'acheté. Parce que c'est très frustrant pour moi de passer du temps, de l'énergie (et un peu d'argent) sur quelque chose qui ne servira pas... 

Et puis, fête, anniversaire ou autre occasion, l'important réside surtout dans le bonheur de se retrouver ensemble avec ceux qu'on aime et de partager de bons moments, qui sont infiniment plus précieux que tous les objets ou cadeaux de la terre (à mon humble avis). Et vous, c'est quoi votre "politique" en matière de cadeaux? 

Col drapé - Myrtle

Bref, alors que je cherchais - desespéremment - une idée de cadeau pour ma soeur qui n'avait donc pas fait de liste, qui ne partage pas du tout mes goûts vestimentaires... c'est La robe Myrtle qui s'est imposé à moi! Ce modèle de chez Colette Patterns (je traverse une importante période couture Colettérienne en ce moment) fait partie de ces robes qui peuvent se porter en toute saison : l'hiver avec d'épais colants noirs, ceinture, bottes et sous-pull, en mi-saison avec un long gilet et l'été les bras à découvert. J'aime ce genre de modèle avec lequel on peut s'amuser à mixer les styles. Pourtant, lorsque le patron est sorti, je n'ai pas du tout eu de coup de coeur : je le trouvais un peu trop simple, bref sans grand intérêt. Mais, j'en étais presque sûre (enfin, j'espérais de tout coeur) c'est le modèle idéal qui lui irait bien à elle : pas trop ajusté, pas trop habillé mais qui reste un peu féminin et qui a l'air confortable à porter, ça m'avait tout l'air d'être le numéro gagnant!

Robe Myrtle - dos

En plus Colette proposait 30 de réduction à la veille de Noël (ce qui explique peut être ma Coletterïte aigue du moment), alors j'ai sauté sur l'occasion! J'aime beaucoup cette marque pour la qualité de leur patron, du livret d'explication, mais surtout pour la multitude de tuto et "pattern hacking" qui poussent à ré-utiliser le même patron mais en le modifiant pour arriver à chaque fois à un résultat différent : on développe notre technique et surtout notre créativité! Ce qui me chagrine, c'est que la planche à patron en PDF est prévue pour un format US letter ce qui implique que lorsqu'on l'imprime en A4, les marges sont beaucoup plus importantes, on imprime donc plus de feuilles et on "perd" du papier (c'est sûrement plus de travail pour la créatrice mais j'aimerais idéalement que le critère "écologie" soit un peu plus pris en compte...).

Ce modèle est très simple et rapide à coudre. Il est originellement prévu pour utiliser du jersey mais Colette donne des explications supplémentaires pour réaliser la robe en tissu non-extensible (dans le cas présent, du coton fluide). Il est possible de télécharger les explications en français et d'aller jeter un coup d'oeil au sewalong

Myrtle dress - Colette patterns

Parce que c'est toujours pénible de réaliser les conversion d'inches en centimètres, voici la liste des fournitures à prévoir:

  • 1,50 mètre de tissu (préconisé par Colette : 2,80m)
  • élastique 2,5 cm de largeur x 1,40 m (longueur en vrai : tour de taille + 1,5 cm de marge - 5 à 7 cm)
  • biais : 0,65 largeur x 1,40m (encolure dos + emmanchures dos)
  • 2 boutons de 0,5cm de diamètre

Robe Myrtle - détail épaule

J'ai réalisé la taille XS en version 2 : courte et avec attache aux épaules sans modifications. A la réflexion, je me dis que cela aurait été peut être mieux avec une modification de la jupe (par exemple en la coupant en rectangle) afin que le motif en "rayures" reste bien droit... Tel quel il est légèremment courbé du coup. Et puis autant je trouve que la forme de la jupe en trapèze tombe très bien avec du jersey, cela fait un peu trop "triangle" dans mon coton... Bref, la prochaine fois (oui, car il n'est pas exclu que je m'en fasse une, voire deux pour moi, comme quoi, parfois, ma soeur et moi pouvons tout de même avoir les mêmes goûts!), c'est sûr, je modifierai la jupe!

Myrtle - Colette patterns

I sew this Myrtle dress from Colette Patterns as a christmas present for my sister. It is always difficult for me to find to her a present she will like because we do not have the same interests. It always seems to me that Christmas or Birthday parties are a "present theater", like you have to be a mentalist to imagine that the other will like as a proof of consideration and love you have for her/him. If you do not succed it is like a emotional deception: you do not know enough this person or do not take attention enough of what she/he said to like... We ideally wish the other we love has the superpower of knowing what we instantanly have in our head without express it but this is impossible! It is why I purposed to make wishlists like children for a better and more simple life (and generally speaking to take the responsability of what we want and communicate it better!). The Myrtle dress is very easy and quick to sew (there is a detailled sewalong here) and Colette did further explanations for woven fabric (as Myrtle was originally designed for knit fabric). I recommand this pattern, especially for beginners even if next time I will do alternation of the skirt because I don't really like its shape with a woven fabric.

eu costurei esse vestido Myrtle de Colette patterns para presente de Natal para minha irma. Mas esta sempre difficil para mim de achar um presente que ela vai gostar porque nos não temos os mesmo gostos. Parece que Natal or aniversarios estão um "teatro do presente": Nos temos de advinhar o que o outro vai gostar e esse presente vai representar um XXX do amor nos temos por ele/ela. Se nos não conseguimos, vai estar uma decepção emocional: é como se significa que não conhecemos bem essa pessoa ou não prestamos atenção o sufficiente para ele/ela... Sempre queremos que o outro tem o superpoder de saber o que pensamos sem lhe expressar... E impossivel!! E porque eu proposou de fazer lista como crianças para uma vida melhor e mais simples (e em geral de tomar a responsabilidade de nossos desejos e de saber dizer eles ao outro)! Bom, para falar de costura, o vestido Myrtle é simple e rapido para costurar mesmo se todas as explicações são em inglês (tem um sewalong com muitas fotos aqui). Colette escreveu outras explicações para adaptar o modelo para tecido sem elasticidade (que é o caso aqui). Eu recommando esse molde, que é perfeito para debutantes, mas a proxima vez vou fazer modificações da saia porque não gosto muito da forma triangular dela assim.

*****

Fiche technique / tecnical informations / Ficha tecnica

Dessin Myrtle - Colette

 

Fiche technique myrtle - colette

Posté par Mia-Dorere à 20:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 février 2015

[Brig] Le Beanie du Papa (et son écharpe assortie)

Je continue dans ma série "véritable hiver bien français" avec un ensemble bonnet et écharpe tricoté pour le Papounet. Le modèle Brig By Veronik Avery de la marque Brooklyn Tweed, a été repéré dans la rubrique inventaire d'une Parisienne en Helvétie. C'est la première fois que je suivais un modèle de tricot en anglais, et même si je suis pourtant assez à l'aise dans cette langue que j'utilise dans le contexte professionnel, j'ai tout de même dû faire quelques recherches histoire d'appréhender le vocabulaire technique (c'est que le sujet tricot n'a pas trop la côte (haha) à la machine à café...).

Ensemble Brig - veronik avery

J'ai commencé à sérieusement douté de mes capacités linguistiques lorsque j'ai eu beau lire et relire la partie "tubular cast on", je n'ai absolument rien compris à leur méthode pour monter les mailles (sur 6 rangs qd même!!! D'ailleurs je suis preneuse de quelques explications à ce sujet, si quelqu'un quelque part aurait déjà réussi à déchiffrer ces hiéroglyphes) et je suis passée directement à la section "work ribbing". En bref, j'ai monté mes mailles comme d'hab.

Bonnet : Taille 1 sans modifications. Maismaismais, pas bien DU TOUT, je n'ai pas fait d'échantillon (je sais c'est vraiment pas bien) et mon bonnet est plus court en hauteur que celui présenté en modèle : il n'est donc malheureusement pas possible de le replier sur lui-même pour faire un effet bord-côtes. Enfin si c'est possible, mais l'effet marin-à-mini-bonnet n'est pas très beau...

Bonnet Brig   Détail bonnet Brig

Echarpe : Pour arriver à 22 cm en largeur comme indiqué, j'ai dû monter 50 mailles (plutôt que les 42 préconisées). Ca ne change pas grand chose et me rajoute juste quelques côtes en plus. Elle est tricotée en deux parties que l'on doit ensuite assembler ensemble au milieu avec la méthode du grafting. Normalement, lorsqu'elle est parfaitement maîtrisée, elle doit donner un résultat invisible, comme si l'on avait tricoté en continu... mais... je me suis un peu embrouillée entre les mailles envers et endroit... Bref, ce n'est pas parfait (loiiiiin de là) mais ça passe! Cette page du blog Tetenlaine m'a beaucoup aidée en particulier ce schéma :

Source: Externe

Aig : 4,5mm en circulaire (40cm)

Laine utilisée : Arroyo colori 134 Regatta Blue de Malabrigoyarn : pure Merino, env 335 yd pour 100g, en provenance d'Uruguay (En France, elle est à priori disponible chez Lil Weasel). La couleur est magnifique, dérivant entre des bleus-verts et du bleu pétrole... mais a malheureusement nécessité un traitement pas très écologiquement responsable... Je ne m'y connais encore que trop peu sur ce sujet, mais un bref échange avec Lili de la nouvelle marque de patrons de tricot responsable The banyan Tree m'a fait prendre conscience que le procédé "superwash" (qui permet au tricot de passer à la machine sans rétrécir) est pratique mais vraiment pas bon pour la planète... 

Echarpe Brig - Veronik Avery

A ce sujet, j'aimerais bien trouver un producteur de laine/coton/chanvre, enfin bref de matière première responsable pour le tricot... Comme j'aimerais trouver des tissus bio également. Quelques adresses commencent à être connues en France (comme Kaneh Bosem par exemple pour la laine et Les trouvailles d'Amandine et la Cantate du Chanvre pour les tissus) mais bon, si c'est pour les faire voyager presque 9000km, on ne peut pas dire que ce soit responsable niveau bilan carbone... Dans ce cas, quel est le mieux? Que faire? J'étais toute fière d'avoir trouvé un producteur local a Fazenda caixa dagua, mais entretemps, ils ont rempli leur boutique de laine superwash... mouais, pas très convaincue de leurs valeurs du coup...

Détail Echarpe Brig

Le manque d'informations est flagrant sur les divers processus de production et de teinture... Dur de s'informer et donc dur de consommer responsable... Lili a écrit un article il y a qq temps sur son blog sur la teinture naturelle de la laine : on peut en acheter de la naturelle ici et des colorant Greener shades sur le même site, ce qui revient bcp moins cher qu'un écheveau teinté du commerce! In the loop avait écrit quelques articles également sur le sujet. Je songe donc à faire un petit stock à mon prochain retour en France (ou remplir la valise de ceux qui viendront me voir)!! En attendant, mes tricot seront réalisés avec de la laine "honteuse".

Quid de la méthode de blocage? C'est grâce à Instagram que j'ai appris qu'un tricot se "bloquait", c'est à dire qu'une fois terminé, on lui fait prendre sa forme finale, ce qui permet, notamment lorsqu'on tricote des côtes 2/2, que les côtes reste bien dessinées, et qu'elles ne soient pas ratatinées sur elles-même. Au gré de ce qu'il me restait en mémoire de mes lectures, j'ai fait prendre un petit bain à mon tricot et l'ai essoré délicatement dans les mains pour faire partir le gros de l'eau (ne le tournez pas sur lui-même comme un torchon!!). Ensuite je l'ai epinglé à une grande serviette en l'étirant légèrement en largeur, le temps qu'il sèche. Je n'ai pas encore la bonne technique car les mailles se sont rétractées entre deux épingles, ce qui donnent des petites vagues... humpf...

Veronik Avery - bonnet et écharpe Brig

Ce modèle donne un rendu final assez fin :  c'est plus un ensemble "classe" qui passe très bien en dessous d'un manteau ou une veste habillés, que pour aller au ski par exemple.

Bon, à la base, un bonnet et une écharpe, rien de plus simple à tricoter me suis-je dit, mais pour autant, ce  modèle m'a fait prendre conscience, si j'avais encore un doute là-dessus, de ma très faible connaissance et pratique tricotesque et toutes les techniques que je dois encore apprendre... Y'a du boulot!!

**Petit lexique anglais/français qui m'a aidé à comprendre les explications de ce modèle** (lexique hyper complet ici)

petit lexique tricot ENG-FR

18 février 2015

[TWP] Une question de style

"Les modes se démodent, le style jamais" [Coco Chanel]

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous aurez pu remarqué que je ne suis pas spécialement ce qu'on pourrait appeler ni une "modeuse" ni une "fashion-addict". Du concept de style, je n'en avais en vérité qu'un à priori plutôt péjoratif, car il me semblait réducteur de vouloir faire rentrer des gens dans des cases en fonction de leur(s) style(s) "sportwear", "féminin", "rock", "punk" ou autre. Ce n'est que lorsque Colette, en réactivant son programme Wardrobe Architect pour 2015, l'ayant mis en base de notre réflexion pour créer une garde-robe réfléchie qui nous ressemble, que je me suis aussi penchée sur la question : "Oui c'est quoi mon style en fait?". Je me suis dis qu'au bout de 28 ans, la réponse allait se trouver nette et clairvoyante dans l'image que je reflètais chez les autres, et je me suis donc tournée vers quelques personnes de mon entourage pour avoir cette sentence "tu es très féminine". Certes, ce n'est pas négatif, mais pour autant, cet adjectif m'a laissée un peu pantoise car je ne me retrouve absolument pas dedans... Je mets des robes parce que je trouve ça pratique, des talons hauts parce que je me sens plus confiante, des grosses boucles d'oreille parce que ça fait cling cling (un peut comme un mobile à carillon... raison tout à fait futile mais qui fait du bien à mon quotidien!)... Bref, un peu perdue devant la liste d'adjectifs qui me venait à l'esprit pour définir mon style (d'ailleurs en ai-je réellement un?) j'ai décidé de me pencher sérieusement sur la liste d'exercice que proposait Colette sur son site afin de trancher une fois pour toute sur cette question de "Féminine ou pas ou autre?". J'ai donc conscencieusement téléchargé les 3 feuilles d'exercices : worksheet#1, #2 et #3. Si vous n'êtes pas très à l'aise avec l'anglais, vous pouvez aller lire l'article de Bruume qui en a réalisé un résumé.

Source: Externe

Partie 1 : Rendre son style plus personnel

[Attention spoiler : je raconte et décortique ma vie tout à fait fascinante et trépidante pour changer : mode divan ON]

Histoire : Jusqu'à mes 15 ans (date historique de ma première jupe portée de mon plein gré... avec des baskets) j'étais plutôt garçon manqué (=débardeur + jogging ou veste de survêt' + jean et bien sûr : baskets). J'utilisais mes habits comme une carapace "circulez, rien à voir par ici". Aujourd'hui, parfois encore, j'éprouve le besoin de me protéger en m'habillant le plus basique qu'il soit et si une cape d'invisibilité existait, je la mettrais avec plaisir. Ensuite j'ai viré en Linette* boutonneuse avant de partir à l'extrême dans ma période étudiante : fleurs dans les cheveux, froufrous, petits noeuds et dentelles (Ha! Voilà donc d'ou ça vient!). Aujourd'hui, j'ai l'impression de jouer des rôles pour lesquels je porte le costume adéquat : au travail, celui de la confident et successful working-girl, au sport, celui de la danseuse confortable et sensuelle et le week-end en mode OFF sans prise de tête (no style). Mon changement de vie, l'année dernière, a amené un complet bouleversement de ces repères et des codes associés. 

Philosophie : La découverte du courant des "Lumières" en histoire et littérature a été une révélation pour moi et depuis j'aime me définir comme "humaniste". Je milite pour le respect de l'humain et de la planète et ça se ressent dans ma manière de consommer que je souhaite responsable. Je suis une ex-grosse-dépensière (Becky Bloomwood* sort de ce corps) qui se soigne : en possédant j'avais l'impression de devenir un peu la projection fantasmée de ce que j'aurais aimé être. Depuis, j'ai fait le deuil de ce moi idéalisé - et irréel - et j'ai accepté que mes envies soient un puit sans fond, qu'il ne faut pas chercher à absolument remplir, au prix d'une énorme frustation. 

Culture, Communauté et lieu d'habitation : Il n'y a que lorsqu'on est à l'étranger que l'on ressent tout le poids de notre propre culture d'origine. Française vivant au Brésil, c'est le mélange de deux mondes pour moi : l'un que je définis comme l'élégance, le raffinement, la classe, le naturel et l'autre synonyme pour moi de couleurs, gaité, sensualité, joie et chaleur. Vivre à Sao Paulo modifie complètement mes habitudes du fait de la température, des énormes distances à parcourir avec des trottoirs piégés (=talons plats obligatoires), d'une ambiance machiste et plutôt insécuritaire. Je dois appréhender de nouveaux codes : ainsi j'ai remarqué par exemple que la longeur des jupes des femmes oscillent d'un extrême à l'autre en fonction du lieu et de l'heure : sous le genou le jour au travail avec un style sobre, au ras des fesses la nuit en soirée avec un style ostentatoire!

Mes héroines : ce sujet n'est pas dans l'exercice de base, mais je trouve qu'il peut dévoiler une part importante de nous en les analysant. Elles ont été : Fantomette, Claude du Club des 5, Cat'eyes, Mulan, Ingrid Diesel**... Elles ont toutes un point commun : elles ont des doubles vies! L'une "normale" dans laquelle elles sont plutôt douces et discrètes et l'autre dans laquelle elles sont fortes, justicière ou guerrière. J'ai l'impression d'avoir un peu des deux moi aussi. 

Image du corps : J'ai longtemps été compléxée avec l'idée que je ne ressemblais à rien (l'école est cruelle pour ça parfois) et que c'était égocentrique de se préoccuper de son apparence (merci l'interprétation religieuse). Mon rapport au miroir n'a pas toujours été des plus sympathiques mais le traité de paix a enfin été signé entre mon corps et moi. Mon rapport au vêtement est ce que peut en dire [Miuccia Prada] : "What you wear is how you present yourself to the world especially today when human contacts are so quick. Fashion is instant language"***. Même si on nous incite à ce qu'elle ne soit pas à la base de notre jugement (et heureusement), notre apparence, qu'on le veuille ou non, sera sujette à interprétation. A nous de décider si l'on souhaite essayer de se faire passer aux yeux de l'autre pour quelqu'un que l'on n'est pas ou au contraire de laisser une porte ouverte sur notre être. "Style is a way to say who you are without having to speak"**** [Rachel Zoé]

Partie 2 : Définir l'essence de son style

C'est bien joli tout ce travail d'analyse, mais pour le moement, je suis assez loin d'avoir définit mon style... Rassurez-vous, Colette à travers plusieurs questions pertinentes, fait cheminer votre reflexion jusqu'à ce que les mots s'imposent d'eux-même. J'ai regroupé mes mots en vrac par "famille" qui me donnent donc la définition de mon style :

  • Romantique : douceur, fuidité, légèreté, bien-être
  • Sauvageonne : liberté, couleurs
  • Elégance : confiance, force, puissance
  • Naturel : simple, pratique & confortable

Ce ne sont peut être pas des termes très académiques dans la grande encyclopédie du vocabulaire fashion, mais ils sont définitivement moi. J'ai également fait avec application un tableau pinterest rempli de quelques images collectées qui représentent ces mots. 

Sans titre

Pinterest 2

Pinterest 3

Pinterest 4

 

Je suis contente car ma collection capsule "Sous le soleil" est en cohérence avec cette réflexion de fond, même si elle n'a été menée qu'à posteriori. On y retrouve les familles de vêtements que j'avais classées par activité : travail, week-end/casual et sport. Je pourrais rajouter une catégorie "soirée" car on a toujours besoin de vêtements plus habillés même si c'est dans une proportion moindre.

Dans un prochain article j'explorerais les formes et les silhouettes et tenterai d'apporter une réponse à la question qui me turlipine depuis des lustres : suis-je réellement un H? Si vous suivez avec application et respect des délais les articles de Colette, vous n'êtes pas sans savoir qu'ils en sont à l'étape tri et analyse de la penderie. Vu que de mon côté cela a été fait de façon radicale il y a 6 mois (en gros, je n'ai plus trop de matière à trier...) je passe mon tour sur ce coup là, en tout cas le temps que mon armoire se remplume un tant soit peu.

 

*Becky Bloomwood : héroine de la série de roman "l'Accro du shopping" de Sophie Kinsella

**Ingrid Diesel : En binôme avec le commissaire à la retraite Lola Jost, elle résout les enquêtes policières sur son temps libre dans les romans de Dominique Sylvain

***Traduction: "Ce que vous portez représente la manière dont vous vous présentez au monde, en particulier aujourd'hui ou les contacts humains sont très rapides. La mode est lun langage instantané" [Miuccia Prada]

****Traduction: "Le style est un moyen de dire qui vous êtes sans avoir à parler" [Rachel Zoé]

16 février 2015

[Moneta #4] La révélation de la jupe élastiquée

La Moneta est maintenant un modèle bien connu sur la toile et généralement, celles qui la font ne s'arrête pas à un exemplaire mais en font plusieurs, prises dans l'enthousiasme de ce super modèle (pour moi, c'est déjà la quatrième). Mais voilà, j'ai remarqué que concernant ce modèle, deux clans s'opposaient farouchement : celles qui avaient réussi la taille élastiquée "trop simple!", "géniale comme technique, fallait y penser!", et les autres (comme moi) qui regardaient ces mêmes commentaires ébahies et interloquées, avec les deux trois touffes de cheveux qui leur restaient sur la tête après avoir essayé, reéssayé, déchiré, coupé, hurlé pour finalement revenir à la bonne vieille méthode "on s'en fout de l'élastique, je fais des lignes de fronces et je tire dessus jusqu'à atteindre la taille désirée, voilàààà". Mais comment avaient-elles fait? C'est des aliens, non, ces gens pro-élastique?

Moneta quatrième version

Pour cette nouvelle version de la Moneta, j'ai décidé que je n'allais pas rester sur ce cuisant échec et que cette fois, j'allais y arriver même si c'était au prix de sérieuses pertes dans l'autre camp, à savoir : mes doigts ou ma raison. J'ai bien fait de persévérer car j'ai enfin percé le mystère! Et effectivement, maintenant, ça me paraît simple comme bonjour! A présent que je suis passé du côté obscur du clan des pro-élastiques, je vous livre deux façons de faire pour y arriver vous aussi (bon, sauf si vous faites parties des énervantes "nan mais trop simple, quoi")

Moneta 4 - Colette pattern   Moneta dos-devant inversés

Comment vaincre la pose de l'élastique à la machine?

Avant tout, quelque soit la technique, il vous faut préparer l'élastique (transparent ou normal, cela change peu mais largeur maximum de 0,5cm).

Pour choisir la longueur qu'il vous faut : faites le tour du bas du buste cousu et laissez dépasser de chaque extrémité (au moins 4 bons cm).

Faites des encoches ensuite sur l'élastique pour repérer le milieu et les quarts (pliez le en deux, puis de nouveau en deux). Si vous avez un doute, vous pouvez aller jeter un oeil sur le sewalong de Colette.

Epinglez l'élastique sur l'envers de votre jupe (ne faites pas comme moi qui l'ai cousu sur l'endroit...) en faisant correspondre vos repères avec : côté gauche, milieu devant, côté droit, milieu dos et re-côté gauche 

2 façons de coudre l'élastique : à la MAC ou à la surjeteuse

  • A la MAC

Réglages : Sélectionnez votre point droit avec une longueur maximum.

Cousez en tirant au maximum sur l'élastique tout en respectant vos repères. Je vous préviens, c'est assez "sportif"!

Vous pouvez voir cette étape dans le sew-along sur le site de Colette.

  • A la surjeteuse

Sélectionner votre pied spécial élastique. Il doit ressembler à ça :

pied à élastique - surjeteuse

Réglages : tensions normales (4 sur ma machine), longueur de point normale (=de la largeur de votre élastique), largeur maximum. Ma surjeteuse est une Lewenstein et il y a une petite vidéo bien pratique sur le site Matri. La petite vis sur le pied élastique permet de régler les fronces. Plus vous tourner dans le sens d'une aiguille d'une montre, plus la vis serre, plus les fronces seront serrées, inversement, si vous tourner dans l'autre sens, l'élastique sera plus souple et les fronces moins serrées. Dans notre cas, on a besoin de fronces serrées!

Faites toujours un essai sur une chute pour vérifier les tensions.

Hop et voilà, les belles fronces!! 

Tadaaaam les fronces à l'élastique

J'ai cousu cette quatrième version de la robe Moneta en cadeau de Noël (tardif) pour ma Mamounette dans un superbe jersey bleu marine à petites fleurs trouvé dans mon magasin fétiche (pour changer) à Bras (São Paulo). J'ai presque regretté de ne pas en avoir pris quelques mètres de plus pour pouvoir également me coudre une agréable petite chose dedans! Après une judicieuse remarque sur l'article de Mamie Camille (Haaaan vous avez vu sa robe à fleurs?! Il me faut absolument une cinquième version de la Moneta du coup!!) je me suis également aperçue que dans la Famille Dodo, que ce soit la Mam, la baby Choup ou moi-même, nous portions toutes notre robe Moneta à l'ENVERS!! Il paraîtrait que la partie la plus décolleté soit en fait le dos... Ahem... M'en fout, j'continuerai de la porter comme je veux!

Colette - Moneta 4

C'était la première fois que je cousais la version 3 de ce modèle qui a pour particularité la longueur des manches. A la différence de ce qu'annonce le dessin technique, les manches sont plus "demi" (elles arrivent au coude en vérité) que trois-quart. Pensez-donc dès la coupe à rallonger vos manches si c'est plus une version 3/4 que vous souhaitez!

EDIT du 17/02/15 : A priori, la traduction française de ce patron est disponible, tout comme pour les modèles Dahlia, Crepe, Peony, Mabel et Myrtle

*****

Fiche technique / tecnical information / Ficha tecnica

Moneta 4

Fiche technique - Moneta Colette



11 février 2015

[Programme laine] Col Nienna + bonnet drops

Je commence une série d'articles qui va être un peu plus de saison par rapport à la majorité de la planète DIY (à savoir, ceux qui habitent au NOOOORD). Bref, une fois n'est pas coutume, ça va causer laine moelleuse et douillette à l'occasion de mon Noel en janvier, au cours duquel on a mangé galettes des rois et crêpes (en vrai, il n'y a plus de saison paraît-il ma bonne Dame...) en buvant des caipirinhas (l'hérésie totale) avec l'unique bouteille de cachaça qui ne s'était pas brisée en mille morceaux dans ma valise après être passée dans les délicates mains des messieurs de l'aéroport...

Col Nienna - The banyan tree

Cette mignone petite chose laineuse est le Col Nienna, un modèle gratuit de Lili The Bayan Tree à télécharger ici. Pour ceux et celles qui ne la connaissent pas encore, Lili vient de lancer sa marque de tricot responsable fin 2014 avec son premier modèle, le gilet Amourette (actuellement sur mes aiguilles knitpro toutes neuves en bois - je crâne comme ça mais j'ai trop peur de les casser... du coup Amourette flâne sur sa barque et n'avance pas très vite). De la même marque, vous pouvez également tester gratuitement le gilet Brunehilde, qui est à mon humble avis une petite merveille... malheureusement bien trop chaude pour ma saison et mon pays (mais qui sait? Il sera peut être l'objet d'un prochain cadeau...?).

Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que niveau tricot, je suis plutôt quiche que pièce montée, si vous voyez ce que je veux dire... Nan, parce que déjà je ne tricote pas beaucoup, mais en plus on ne peut pas dire que je vous ai présenté sur ce blog que des réussites... Dans mon laboratoire fou, je fais des tests... qui terminent parfois en bonne surprise et parfois... en atroce monstruosité!! Il y a cependant une constante : quand je tricote pour la BabyChoup, c'est comme si je profitais de la protection d'un talisman magique  (à moins que ce ne soit un mauvais sort qu'on m'aurait jetée pour que je ne tricote plus que pour elle, hum?!) et les résultats tricotés sont plutôt appréciables.

Col Nienna sur fond de sainte victoire

C'est donc l'esprit totalement serein que j'ai invité le Col Nienna sur mes aiguilles en plastique vert (se terminant en pâquerette, oui oui Madame, on fait les aiguilles comme ça au Brésil) avec... ses torsades! Certes ça se tricote en points envers et endroit, techniques que je maîtrise à peu près correctement, mais tout de même, il y a quelques subtilités! Et bien ces petites bien disciplinées se sont torsadées pratiquement toutes seules, genre j'avais fait ça depuis le berceau, c'est vous dire à quel point les explications du tuto sont limpides!! 

Détail torsade

A noter tout de même une petite erreur sur le modèle (qui a dû être ou va être modifié très prochainement avec rajout de beaux schémas d'explication à la façon Amourette ai-je ouie dire) : à la page 2, le Rang 2 (envers du tricot) doit se tricoter comme suit : P3 K4 [K1 P1 K1 P1 K1 P1]x3 K4 P3 

Col Nienna

Petite fiche technique : Col Nienna

Aiguilles : 12 droites + aiguille à torsade

Laine :

- 50% laine et 50% polyesther (j'ai perdu l'étiquette avec son nom, honte à moi!)

- Laine Worsted colori 44 Geranio de la marque Malabrigoyarn, pure Merino 210 yd pour 100g en provenance d'Uruguay

Niveau : débutant / technique : maille endroit, maille envers et torsades

 **********

Parce que ça m'embêtait vachement de laisser des petits bouts de pelottes toute déplumées, j'avais envie de les utiliser pour offrir une petite soeur à Nienna et quoi de mieux en hiver que le duo fraternel de choc anti-froid et anti-vent : l'écharpe et le bonnet?!

Le col Nienna serait donc accompagné par le bonnet Nina by Drops Design (+ ajout de pompon parce que vraiment, pas question qu'il me reste encore de la laine!)

Nienna et Nina sont sur un bateau   Bonnet Nina - Drops design

Bonnet Nina 149-43 : explications à télécharger gratuitement ici

Aiguille : 5mm circulaire

Laine : le reste des deux précédentes + une pelotte de laine drops Big Merino en gris

Niveau : intermédiaire / technique : côtes bicolores

Nina et son pompon

Le résultat est assez original mais je dois avouer que ça n'a pas été évident à tricoter. Disons qu'il faut vraiment un petit temps de digestion pour comprendre les explications et surtout cette logique de "sens", je cite un passage pour vous donner une idée plus précise de la chose : "Pour tricoter des côtes anglaises rayées, tricoter en allers-retours sur aiguille circulaire ainsi : tricoter rg 1 et 2. Glisser les mailles sur l'autre extrémité de l'aig pour que le rg suivant soit tricoté avec une nouvelle couleur mais du même côté (dans le même sens) que le rg 2. Tourner ensuite l'ouvrage et tricoter les 2 rgs suivants de l'autre côté de la même façon qu'au 2° et 3° rg. C'est à dire qu'on tricote 1 rg avec chaque couleur, du même coté avant de tourner" [extrait astuce tricot 1 - explications Drops Design] CQFD quoi!! J'avais un peu l'impression de passer mon permis de tricoter avec la peur de louper un tournant et d'oublier le cligno au passage...

Bonnet Nina by Drops

Une fois mon énigme résolue, j'ai un petit doute qui a subsisté au niveau des explications juste après l'étape du montage des mailles :  "tricoter 1 rang end puis le rang suivant ainsi sur l'endroit [...]" parce qu'on est d'accord qu'après le rang endroit c'est un rang envers qui suit, non? J'ai donc suivi ma logique propre, à savoir endroit PUIS envers, et ça marche comme ça. Par contre par la suite au niveau des côtes anglaises bicolores, il faut bien suivre les explications à la lettre (virage, angle mort, cligno, toussa toussa) avec les sens et les couleurs indiquées. Les aiguilles circulaires sont indispensables (Oui parce que j'ai eu un petit sursaut de rebelle-atitude "bah, ça peut se tricoter à l'aiguille droite, ça, noooon?" NON) afin de pouvoir tricoter deux rangs endroits ou envers à la suite. Je n'ai pas réalisé de modifications mais pour celles qui aimeraient un bonnet plus court et moins loose de la pointe, au lieu d'attendre d'atteindre 23-24cm pour commencer les diminutions, on peut commencer à 13-14cm. 

En résumé et pour terminer, je suis plutôt assez fière de ces deux nouvelles expériences laineuses et je crois que le cadeau a bien plu à sa destinataire.

07 février 2015

[Expo] Fashion Mix

Lors de mes petites (et courtes) vacances françaises, j'en ai profité pour me cultiver un peu, surtout que la journée... ben tout le monde travaillait, sauf moi. Qu'à cela ne tienne, je ne me suis pas ennuyée pour un sou entre les expositions temporaires à voir et les musées que je n'avais pas encore visités.

La première était l'exposition temporaire Fashion Mix. Mode d'ici. Créateurs d'ailleurs. au musée de l'immigration à la Porte Dorée. Comme il était interdit de prendre des photos, j'ai fait quelques gribouillages dessins et croquis sans prétention, juste pour garder en mémoire toutes les belles choses qui m'ont fait briller les mirettes. 

affiche_fashion-mix 

"La haute couture, ce grand art que l’on dit français fut inventée au milieu du XIXe siècle par un couturier d’origine anglaise, Charles Frédérick Worth. Il signa les robes comme un artiste signe ses créations, inventa le renouvellement saisonnier et le principe du défilé. Grâce à lui on vit converger tous les regards sur Paris, qui devint le socle de toutes les modes à venir. L’histoire de la mode est ainsi constituée dès son origine par l’adoption des grands talents aux nationalités multiples : les plus grands couturiers sont venus d’Espagne, d’Italie ou d’Amérique. Tout au long du XXe et XXIe siècle, Paris a su préserver un statut particulier et les écoles stylistiques s’y succèdent. Les créateurs japonais y ont écrit la mode contemporaine, les créateurs belges l’ont chahuté aussi, les créateurs anglais l’ont vampirisé…

Les pièces emblématiques de ces couturiers (robes, manteaux, chapeaux, accessoires) dessinent l’épine dorsale de l’exposition et montrent les influences stylistiques des uns et des autres sur la mode française. A travers des documents d’archives, issus de fonds privés et publics, ce sont les parcours migratoires des créateurs qui sont évoqués. Mais la mode c’est également des métiers et des savoir-faire spécifiques. L’exposition évoque ainsi certains métiers particulièrement marqués par l’immigration." [extrait du Parcours de l'exposition. Source : http://www.histoire-immigration.fr]

Première partie : du milieu du XIX° siècle jusqu'aux années 60

Ce couturier d'origine anglaise avec son style exhubérant présente des collections pleines de faste, avec un certain goût pour la provocation. L'excentricité anglaise trouve sa légitimité. C'est de lui d'oû provient l'origine des griffes apposées à l'intérieur des robes, comme un peintre signerait sa toile. On peut parfois retrouver son style aujourd'hui chez Vivienne Westwood, John Galliano et Alexander McQueen. L'histoire dit qu'il aurait souhaité que son nom se prononce à la française "Vort"

20150207_175723   Alexander Mc Queen - tailleur jupe, veste et collet - 1957

 à g. Worth & Bobergh - Ensemble de jour 1869 / à dr. Alexander McQueen - Tailleur jupe, veste et collet 1997

Rien à voir avec l'école anglaise car Christoff von Drecoll est d'origine autrichienne mais je suis tombée en pâmoison devant cette petite merveille qui, avec sa taille empire, ses superpositions en transparence et ses magnifiques broderies, est mon coup de coeur de l'expo!

Drecoll - Ensemble du soir 1910

 Drecoll - Ensemble du soir 1910

  • Recherche sur les tissus

Mariano Fortuny (1871-1949), d'origine italienne est passionné par les expériences textiles. Il fera breveuter pas moins de 20 inventions dont la création d'une étoffe à plissé permanent dans laquelle est réalisée la robe Delphos par exemple. Plus récemment, le couturier japonais Issey Miyake a quant à lui contrinué à d'autres découvertes techniques liées au plissé présentées dans sa collection "Pleats please". Son tissu est léger et infroissable. 

Issey Miyahe - Combinaison Pleats please - 1998

 Issey Miyake - Combinaison "Dragon Explosion" col. Pleats Please 1998

Fuyant la Révolution, l'aristocratie russe s'installe en France. "Ce sont les russes qui ont réappris au monde la joie chantante de la couleur, que d'habiles brodeuses ont su avec leur aiguille capturer" ["l'aristocratie russe trouve refuge dans le travail" Vogue]

Lola Prussac - Electre robe du soir - 1972

 Lola Prussac (de son vrai nom Leontine) - "Electre" Robe du soir - 1972

Pareil, rien à voir avec les Russes puisqu'il est d'origine allemande, mais sa robe se trouvait à cette partie de l'expo (la logique du parcours n'est pas vraiment clair à comprendre)

Karl Lagerfeld - Zermatt - 1974

Karl Laguerfeld pour Chloé (maison fondée par Clare Weight Keller d'origine egyptienne) - "Zermatt" 1974

C'est elle qui dit "le dessin de robe n'est à mon avis pas une profession mais un art" et cela se ressent dans ses créations. Ayant un certain goût pour le surréalisme, elle entretenait des relations étroites avec les artistes dont Salvador Dali pour qui elle a dessiné le chapeau-chaussure en 1937 destiné à Gala. Chanel disait d'elle "cette artiste qui fait des robes".

Schiaparelli - prototype sweater - 1930   Schiaparelli - robe du soir - 1937

 à g. prototype de sweater (en mailles) 1930 / à dr. Robe du soir 1937 ayant appartenu à Irina Ionesco

Le style de Schiaparelli se retrouve dans une couturière contemporraine, elle aussi italienne : Poppy Moreni.

20150207_172550   20150207_172536

Cristobal Balenciaga arrive en France en 1936 afin de fuir la guerre civile espagnole. Il se fait remarquer grâce à ses collections singulières, hybride aux accents hibérique mais s'inscrivant dans la tradition française. Dans sa lignée se trouvent Castillo (qui dirigea les collections de la maison Lanvin de 1950 à 1963), Paco Rabanne (1936) et Sybilla. Cette dernière a un sens raffiné des volumes, utilise des couleurs aux nuances sourdes (je reprends mes notes, ne faites pas les yeux ronds comme ça) et des matières voluptueuses et confortables. La rigueur de son dessin associée aux tonalités maîtrisées et à la simplicité de la forme, situe son travail en lien direct avec celui de Balenciaga.

Lanvin-Castillo - Dona Sol robe du soir - 1960   20150207_172522

 à g. Lanvin-Castillo - Robe du soir "Doña Sol" P-E 1960 / à dr. Sybilla "Ange" Manteau 1989

  • Haute Couture cosmopolite des années 50

20150207_172501   20150207_172443

à g. Robert Pigeret (origine Suisse) - Robe "Nid d'abeille" PE 1943 / à dr. Jean Dessès (origine grecque) Robe du soir 1956

Hermès par Catherine Karolyi - Manteau jour -1967

 Catherine Karoli pour Hermès - Manteau jour 1967

Deuxième partie : de la fin des années 70 à aujourd'hui

  • L'école Japonaise, belge, et le foisonnement contemporrain.

Lorsqu'ils arrivent dans la mode française, les japonais (Issey Miyake, Rei Kawakuko, Yohji Yamamoto...) font peur à la presse. Ils apportent un style particulier ou règne le "destructuré", le "non-fini" à la grâce absolue ou l'asymétrie est souverraine. Le noir est une encre dans laquelle ils puisent l'inspiration. En 1980 et 1981, "6 + 1" créateurs (dont Martin Margiela dont j'ai beaucoup aimé les "bretelles sculptures" et "la robe portée à l'envers comme une jupe") sont diplômés de l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, en Belgique (surnommés les "six d'Anvers") mais c'est à Paris qu'ils connaîtront le succès à partir de 1990. La présence d'autres créateurs d'origine étrangère comme Thom Browne, Albert Elbat, Olivier Theysens, Alaïa Azzedine... dans le monde de la mode à Paris "atteste de ce caractère laboratoire de la capitale mais également de cette réussite industrielle et économique telle qu’elle est guidée par les groupes de luxe." 

20150207_172426   20150207_172413

20150207_172404   20150207_172336

Infos pratiques :

Jusqu'au au 31 mai 2015. Horaires d'ouverture : du ma au ve de 10h à 17h30. Sa et di de 10h à 19h. Tarif unique : 6 €

Pour aller plus loin : le blog Avant Fashion Mix, le Parcours d'exposition, ressources doc Mode d'ici et Créateurs d'ailleurs . Le catalogue de l'exposition est en vente dans la boutique du musée et dans certaines Fnac

Musée Porte Dorée

 

 

04 février 2015

[Jasper] Test validé en conditions extrêmes

Que faire dans un aéroport lorsqu'on a 9 heures de transit prévues devant soi et que notre avion a 4h30 de retard en plus? Avec le wifi gratuit et illimité, je ne me suis pas posée la question longtemps et j'ai donc sauté sur mon ordinateur pour vous bloguer la robe pull que je porte aujourd'hui. La gestion du choc thermique fait l'objet d'une savante technique d'empillage de couches confortables (pour affronter le mieux possible les 24 heures de voyage) qui m'ont permis de survivre au froid du matin (3° avec un manteau neigeux sur la route) dont je compte me défaire - presque entièrement - lorsque j'arriverai sous l'écrasante chaleur du plein été Paulista (environ 35°)... La robe pull en jersey doudou molletoné est donc une pièce clé de ma stratégie.

P1020548

Après la sortie de son premier patron, la Jade skirt, j'ai vu que la marque Paprika patterns recherchait des testeuses et j'ai proposé ma candidature sans trop y croire... Et j'ai eu la chance d'être acceptée par Lisa pour tester son nouveau patron de sweat / robe-pull Jasper. Si vous ne connaissez pas encore son site, je vous invite à aller y faire un tour (uniquement en anglais) : elle y écrit des articles intéressants sur savoir renoncer et la construction d'une yourte dans laquelle elle vit. Avant Paprika pattern, elle tenait le blog Small Thing "le chemin d'une couturière autodidacte à une créatrice de patron". Le sweat Jasper, même s'il n'en avait pas encore le nom, faisait déjà partie de ses créations. Elle a également exploré à travers une série d'articles la série des livres "magic pattern".

J'ai beaucoup appréciée l'organisation de Lisa. Déjà, elle a construit deux équipes : la première avec des couturières testeuses, qui étaient chargées de faire des retours les plus clairs possibles sur le patron, la planche et les explications, et une deuxième équipe, chargée de coudre Jasper uniquement pour donner leur avis public sur celui-ci (sur leur blog, réseaux sociaux etc.). Je trouve ce système optimum pour avoir des "vraies" testeuses qui ne sont donc pas à la fois juge et partie. On évite le "conflit d'intérêt" à "devoir" dire que le patron est "génial" en cachant d'éventuelles erreurs aux lectrices de nos blogs, en sachant que ce n'est pas forcément évident de dire la vérité alors qu'on reçoit un patron gratuitement (personnellement j'aurais quelques scrupules et l'impression de "trahir" la créatrice...) Pour ma part, je faisais partie de la première équipe. Je tiens donc à préciser que les versions que je vous présente sont des versions test et n'ont pas été cousues avec la version du patron commercialisée, qui depuis a encore été améliorée par rapport à nos retours divers, tant sur la clarté des dessins et des explications que sur le rendu et le seyant du vêtement final.   

Test 0.1 : version pull à capuche

Voilà les photos envoyées à la créatrice : simples et sans fioritures car le but est de voir le tombé du vêtement en parallèle de nos commentaires. Donc oui, bon, j'ai l'air d'une dangereuse criminelle qui a été rattrapée après une longue cavale, mais je n'ai pas eu le temps de faire d'autres photos sexy, bloguestement parlant.

Jasper sweater - version test 1

Taille 2/2/2, aucune modification, version du patron avec des poches séparées (ne se perçoit pas forcément).

Après nos retours, Lisa n'étant pas encore totalement satisfaite du patron a souhaité refaire un deuxième test avec des testeuses volontaires. Etant loin de ma famille et n'ayant pas beaucoup d'activités prévues entre Noël et le Nouvel An, j'ai fait partie du second round avec plaisir (et ça tombait plutôt bien, il me restait assez de tissu après mon premier essai).

Test 0.2 : version robe à col

P1020540   P1020549

Taille 2/2/2 (Normalement, j'aurais dû faire une taille 3 pour les hanches... mais mon popotin passe quand même)

Modifications :

  • -4 cm dans la largeur de manche,
  • +2 cm longueur de manche,
  • -4cm de chaque côté au niveu du buste dos, poches à tunnel

Jasper dress - version test 2

 

Avant / Après modification des côtés dos - Lisa a tenu compte de ce retour pour son patron final qui est donc plus ajusté que la version test

+ conseil pour la robe : utiliser des bords côtes ou un tissu assez élastiqué pour permettre de marcher avec plus d'aisance (mon molleton est très peu élastiqué et je m'en sors quand même mais ma robe pourrait être encore plus agréable à porter)

Ma robe est très bien repassé (je vous jure, croix de bois, croix de fer!) mais je ne sais absolument pas pourquoi elle s'obstine à garder un pli en son milieu, celui utilisé lors de la coupe des pièces... Impossible de le faire partir!! Si vous avez un truc, je suis preneuse.

P1020539   P1020545

Les avis

L'Homchou : assez sceptique par rapport au sweat (c'est simple, il n'a rien dit à part "les poches sont bien cousues" traduction polie de "on sent qu'il y a du travail et de l'investissement mais je n'aime pas du tout"), il a été assez enthousiste par rapport à la robe qu'il trouve "très gaie". Je soupçonne une évaluation basée sur le critère pratico-pratique pour me répérer plus facilement à la sortie de la douane demain dans la foule de l'aéroport...

Le mien : elle est chaude (molleton-doudou-power!), elle est confortable (et je peux vous le dire après l'avoir testée dans 36.000 positions de caricatures du yogi débutant afin d'activer la circulation sanguine dans mes jambes lors du vol aller et de mes interminables heures de transit... et en plus, elle est plutôt sexy-sans-en-avoir-l'air! Bref, je me referai donc sûrement une version pour cet hiver!

P1020551

 

Le petit côté sexy-sans-en-avoir-l'air dont je vous parlais 

27 janvier 2015

[Le plagiat pour les Nuls] question 1 : c'est mal?

Dans la vie, j'essaye d'être une consommatrice responsable. Ca veut dire quoi en gros? J'ose croire que mon action de consommer est un acte réfléchi qui peut dans une certaine mesure soutenir ou influer certaines pratiques et valeurs. Ainsi j'ai choisi de consommer bio par exemple (alimentation et cosmétiques) parce qu'au vu des différentes études que j'ai pu lire, il semble que ce soit meilleur pour la planète, pour la santé des producteurs et enfin pour la mienne ; les pesticides et pertubateurs endocriniens n'étant à priori pas les meilleures substances pour augmenter notre durée de vie et fertilité. Je parle d'"études" parce que pour aller jusqu'au choix réfléchi, c'est à dire en toute connaissance de cause, je me heurte bien souvent à un obstacle de taille : mon ignorance. Et lorsque je veux y remédier, au manque d'informations disponibles ou visibles, car à l'heure du grand internet ou tout se trouve sur google, l'information souhaitée peut exister mais se retrouver cachée, noyée sous un flot d'autres informations mieux référencées. Ou trouver mon tissu bio et ma laine naturelle? Comment savoir si la teinture utilisée sur ces matières n'a pas été extrêment polluante? Si les bonnes adresses commencent très doucement à circuler sur ce sujet en Europe, elles sont pratiquement inexistante dans mon pays (le Brésil) et je ne trouve pas ça très cohérent de faire faire plus de 8000km à ces produits européens pour arriver jusqu'à chez moi alors que j'ai des producteurs locaux... Bref, cette ligne de conduite que je me suis fixée s'apparente plus à un casse-tête quotidien et n'est pas des plus facile à tenir.

S'il y a un domaine ou je pensais être dispensée de "lire les étiquettes", c'était bien celui des créateurs de patrons couture et tricot! Je pouvais choisir de consommer français (ou autre!) tout en soutenant le travail et l'entreprise d'un créateur et entrepreneur. Bref, j'étais fière de moi, surtout lorsque en bonus certains créateurs affichent certaines valeurs d'écologie et impriment leur planche sur du papier recyclé (Deer and Doe).

Mais voilà, depuis quelques jours une histoire secoue la blogo couture : la démonstration par Biquette du supposé plagiat (perso je suis convaincue de la chose mais je ne sais pas si en termes juridiques j'ai le droit d'utiliser l'affirmation ou si je dois garder le principe de "présomption d'innocence") des chemises Mister et Mythique de Aime Comme Marie en quatre articles :

Copie conforme

 

Les mystères de Marie

Une affaire mythique

La copie, l'inspiration, le travail, le crédit

Les témoins sont appelés à la barre

Si ce n'est déjà fait, je vous laisse en prendre connaissance et vous faire votre propre opinion du sujet.

 

Et même si c'est vrai, mais de quoi j'me mèle?

Il se trouve que je me trouve concernée parce que je suis une consommatrice de ses patrons : lorsque j'ai commencé à coudre, je n'y connaissais fichtrement rien et j'apprenais tout en autodidacte avec quelques catastrophes à la clé, de quoi bien vite se décourager. A l'époque, les livres japonais, révolutionnaires avec leur explications dessinées et schématisées m'ont apportée la lumière dans la brume des explications burdesques (dont je suis restée une fidèle acheteuse tout de même #bubuforever). Sont arrivées deux créatrices françaises : Deer and Doe et Aime comme Marie avec des modèles plus actuels et cintrés et surtout, des livrets d'explications! Je me trouve donc flouée et trahie car j'ai alors acheté un patron de chemise Mister que je pensais une création "originale" alors que j'ai déjà le livre dont il serait issu... Me sentir arnaquée quelque soit la somme que je paie, perso, je n'aime pas ça.

On en fait toute une histoire, mais bon, le plagiat, c'est si grave que ça?

Lorsqu'on parle des sweatshops, vous savez ces usines ou sont produits dans des conditions de travail déplorables ces tonnes de frigues pas chères et tellement mode qu'on adore dont sont remplies nos grandes enseignes de prêt-à-porter? Eh bien ça c'est légal et c'est à vous de vous arranger avec votre moralité pour choisir si vous voulez porter ce type de vêtement produits dans la douleur et cautionner ce genre de pratique. 

Le plagiat lui, il n'y a pas de débat à savoir si c'est immoral ou pas, c'est juste illégal, point. Le droit d'auteur français et européen existe et ne pas le respecter revient à voler la propriété intellectuelle d'autrui. T&N avait publié en 2013 un article sur le droit et la création très bien expliqué pour savoir ou se situe la limite (les commentaires sont aussi enrichissants que l'article).  

Pour moi, à partir du moment ou l'on parle de vol et d'illegalité, je pensais le plagiat allait être lourdement condamné par tous sans autre argumentaire ou débat. Et je suis quand même très étonnée de remarquer que ce n'est pas le cas. Les conséquences de cette pratique semble être minimisée, voire presque rendues acceptables et puis en plus, c'est pas nouveau, il y en a dejà eu, il y en aura encore, y'a plus grave dans la vie, alors bon, pourquoi faire autant de vagues?

Effectivement, les pratiques du plagiat ne sont pas cantonnées à la sphère de la création, le journal Le Monde dédie même un article à ces nouveaux faussaires. Dans notre bulle à nous, Deer and Doe en a déjà été victime et SALME patterns à-priori également (Fin 2014 une autre marque aurait repris certains de ses modèles pour les proposer gratuitement à coup de grosses communications marketing sur instagram). Quand les choses ne se règlent pas à l'amiable, il faut malheureusement se tourner vers la justice et celà semble être un véritable parcours du combattant outre l'investissement en temps et en argent. Les Folles Marquises, elle aussi victime, le raconte sur son blog. De plus il semblerait que ce soit aux auteurs plagiés de reconnaître le méfait et d'intenter une action en justice. Quelles sont les probabilités que cette histoire arrive aux oreilles de Monsieur Shimazaki un jour (peut être que les probabilités sont un peu plus grandes pour Madame Bubu)? Et parce que tant qu'il n'y a pas de condamnation, on reste présumé innocent, je pense que Marie a tout intérêt à continuer sa stratégie actuelle : "on dit rien et on attend que la tempête passe..." Tasticottine met le doigt sur ce qui me dérange : Le problème avec le silence de Marie. En bref, la triste moralité, soulignée dans l'article d'Apolline Point, de cette histoire pour le créateur est souvent de ne rien faire... Car aurait-il vraiment gagné au final au vu des sommes d'argent investies et de son temps déployé (qui n'est donc pas utilisé à créer) pour faire retirer la copie du marché? (Imaginez si en plus il vit à l'étranger et ne parle pas le français...).

Quelles conséquences le plagiat a t'il vraiment sur le monde de la création? Je parle de ces entrepreneurs et créateurs/artistes/artisants qui essaient de vivre de leurs créations (et pas de nous petit(e)s bloggeuses/bloggeurs du dimanche)? Très concrètement, ils se retrouvent face à une concurrence déloyale (avec tous ceux qui ne se déclarent pas), ont du mal à vivre de leur travail, parfois choississent d'arrêter (à lire cet article et tous les liens de témoignages associés). Nous qui adorons ce monde là, voulons nous vraiment un appauvrissement de la création, avec juste des copies améliorées (ou pas d'ailleurs) ou légèremment modifiées de ce qui existe déjà?

Et maintenant que tout est dit, on fait quoi?

La même honnêteté que je mets à vous présenter mes diverses réalisations (réussies ou pas) ici sur ce blog, je souhaite également vous transmettre cette information que je juge importante afin que vous aussi ayez la possibilité de consommer ce qui vous plaît en toute connaissance de cause. J'aurais aimé pouvoir vous proposer d'autres articles présentant une argumentation contraire à celle de Biquette, voire encore mieux, une réponse de la principale intéressée, mais à ce jour, je n'en ai pas trouvé. N'hésitez pas à me le signaler s'il en existe, je mettrai ce billet à jour.

(EDIT du 28/01/15 : voici une réaction - que je n'arrive pas à nommer réponse - de Marie sur son blog

EDIT quelques heures plus tard : Marie a elle aussi posté un EDIT à son article en présentant enfin sa position)

Outre vos choix de consommation, j'espère également vous avoir fait prendre conscience de la responsabilité que nous avons également à notre échelle de citer nos sources et de valoriser le travail qui ne nous appartient pas lorsque nous nous inspirons d'autres artistes ou créateurs...

D'autres avis sur la blogo : Topic Plagiat - forum T&N

 

EDIT du 06/02/15

Réecrire un article sur le sujet me semblerait un peu de trop mais je ne peux m'empêcher de partager quelques liens d'articles avec des nouveaux "rebondissements" de l'affaire MCM (et pour reprendre l'expression de Saki, j'ai un peu l'impression de suivre la série "Blogo, ton univers impitoyaaaaaaable") : MariePoisson met en lumière avec un jeu des 7 différences la probable origine des motifs des tissus MCM, Madebyviou souligne que les patrons japonais sont décidément une source d'inspiration quasi inépuisable. L'article de Clo soulève une question chez moi avec laquelle je ne me sens pas forcément à l'aise : j'ai certes décidé de boycotter à l'avenir cette marque que je trouve malhonnête, mais que faire des patrons déjà en ma possession (et qu'après tout j'ai payé pour certains, ou qui sont un cadeau pour d'autres?) Dois-je les brûler? (On se s'emballe pas, c'est une blague, jsuis pas folle quand même avec ces alarmes incendie devenues obligatoires...). Non mais en vrai, si j'ai envie d'en réaliser un et que je souhaite rester cohérente avec moi-même, je dois éviter de les bloguer, ou en contraire en parler pour éviter que cette triste histoire ne tombe dans l'oubli? Bref, pour aller plus loin, j'ai également trouvé quelques réflexions très intéressantes sur la couture et la créativité, la différence entre copie et inspiration et le droit d'auteur

Enfin, parce que les forums c'est bien, mais c'est encore mieux de vérifier les infos à la source, je vous encourage à lire les infos de l'INPI (l'autorité qui gère la propriété industrielle et intellectuelle en France) sur la définition d'une contrefaçon et comment éviter d'être contrefacteur? (parce que réellement "de bonne foi" on peut l'être malgré soi)

15 janvier 2015

[Collection TWP] Sous le soleil 15

La folie des cadeaux de Noël faits main de décembre étant terminée (mais je ne peux pas encore vous les montrer, mon Noël français n'arrivant que fin janvier), la nouvelle année ayant déjà commencée, il est temps de vous présenter la suite de mon Wearability Project avec mes projets couture de la saison à venir.

Les couleurs

Si Pantone a choisi de placer 2015 sous le signe du bon vin, l'un de ses concurrents Sherwin-Williams préfère la chaleur des tropiques et sa faune aquatique. Pour ma part, je passe mon tour sur le Marsala qui affadit considérablement mon teint et persiste et signe pour le corail qui fait déjà partie de l'une de mes couleurs préférées.

Couleur année 201(

J'ai également poussé un peu plus loin cette histoire de palette de couleurs organisées en saison (printemps - été - automne - hiver) et intensité (true - soft - deep/dark) qui sont sensées nous correspondre parfaitement au teint. Ce lien-ci m'a permis de confirmer que je faisais définitivement partie de l'hiver et quelques recherches sur Pinterest que la véritable palette me correspondant était celle du Dark Winter.

Colour Palet - Dark winter

Avant de commencer le TWP et de faire une véritable analyse de ma garde-robe, j'ai réalisé qu'elle manquait cruellement de cohérence et de liant pour associer les différentes pièce entre elles. Lorsqu'on achète un tissu, on se focalise un peu trop souvent sur des matières originales, pour lequelles on a un coup de coeur immédiat mais on oublie trop les couleurs dites "boring" à savoir les neutres : blanc, noir, gris, beige... Ce sont pourtant elles qui vont nous permettre de faire des associations et non pas le dernier imprimé écureuil à paillettes, super fun mais difficile à accorder avec l'autre imprimé Liberty. Le blog into-mind.com propose une série d'article très intéressants sur la création d'une palette de couleurs qui correspondent à notre personalité, notre type comme vu ci-dessus et surtout permet d'apporter une harmonie dans notre penderie. Voici la mienne :

wardrobe palet - boutonperdu

 

Les looks "Sous le soleil"

Lorsque j'ai fait le bilan de ma précédente mini-collection, je me suis rendue compte que j'avais été plus qu'ambitieuse dans mes projets et un peu trop rigide : au final j'ai cousu pas mal de vêtements mais très peu de que j'avais réellement planifié. Parce que si l'idée générale reste, le patron et le tissu eux, peuvent changer, en fonction des inspirations et des envies du moment. Après avoir vu la présentation de la collection printemps d'Adaspragg, j'ai décidé de plutôt suivre cette voie : vous présenter une idée générale de "looks" et un ensemble de patrons qui peuvent correspondre à ca que je prévois, ce qui me laisse pas mal de libertés et de souplesse.

Looks 1 et 2 - Sous le soleil 2015

 

LOOK 1

Bizarrement, moi qui ne porte que des robes, et depuis peu à nouveau des jupes, j'ai envie d'un pantalon!! Mais pas n'importe quel pantalon, un pantalon BLANC! Soit une coupe large type Pantalon tailleur, soit une coupe cigarette voire même limite carotte et qui arrive en bas du mollet. J'ai repéré quelques modèles (certains que j'ai déjà, d'autres pas) : chez Ralph Pink il y a le Cigarette pants et le trousers suit, chez RDC Gilbert et Jacques font un bras de fer pour savoir qui gagnera Madame Bubu a sorti un "pas-à-pas" (à la façon Bubu, hein, ne nous emballons pas) dans le numéro de Février 2014 (soit numéro d'août au Brésil) et le pantalon Colette pourrait bien être ma première réalisation de la Maison Victor

Patrons pantalons

Dans le working girl look parfait de la Brésilienne, on compte au minimum une blouse vaporeuse. C'est un vêtement que j'adore! Mais vu que je ne mets pas de pantalon et jusqu'ici pas trop de jupe, ben, je n'en ai pas une seule dans mon placard!! Il est temps de remédier à ce manque! Même si Thread Theory a sorti fin décembre son premier modèle féminin (sur lequel j'ai évidemment craqué) avec la blouse Camas, il se peut que je craque et teste une ou deux marques de patrons : IN HOUSE patterns (Diana et Kimono) et Ralph Pink Patterns (Blouse beach wear et Kimono Tabard Shirt)

Patrons Blouses

LOOK 2

La robe droite est l'élément indispensable pour aller bosser, ne serait-ce que parce que le matin, lorsqu'on a encore les yeux embués de fatigue et que la dose matinale de caféine n'a pas encore réveillé nos neurones, il suffit de la prendre sur le cintre, l'enfiler et hop on est habillée! J'ai un patron Vogue vintage dans mon stock avec de jolies découpes princesses (je vous ai déjà dit que j'avais envie d'en mettre partout?) mais en bonne dress junkie, j'ai également un paquet de patrons sous le coude qui trépignent pour passer en priorité sous la MAC : le trio Pattern Runway (d'ailleurs ça fait loongtemps qu'elle n'a pas sorti  de patrons, vous savez ce qu'elle devient?), Du Bubu Forever, La tanja Dress de Schnittchen Patterns et une nouvelle marque Itch to stich avec la Marbella dress (sauf que le prix me rebute un peu)

Patrons les robes droites

Vu que c'est opération Pole Nord dans les bureaux avec la climatisation qui fonctionne à fond les glaçons, la petite veste style Coco Chanel sera mon rempart contre le froid de cet été. On ne présente plus la veste du Dressing Chic (bien que non réalisée encore ici ; j'ai voulu faire un test un jour dans un simili cuir de piètre qualité et j'ai stoppé ce projet boulet) mais le cropped blazer de SALME et la Coco Jacket de Schnittchen me tentent bien également. 

Looks 3 & 4 - Sous le soleil 2015

 

LOOK 3

L'adage "il faut souffrir pour être belle" ne s'applique définitivement pas pour les vêtements de ma garde-robe. Beauté rime chez moi avec confort. Il me faut donc une robe doudou (traduction = en jersey) pour être réconfortée les jours difficiles. Moneta de Colette reste ma valeur sûre, la robe mouette pourrait elle aussi refaire une apparition en mode jungle mais j'ai bien envie de tester deux modèles de Sew Over it : la wrap dress et la 1940's tea dress. La violet dress que j'avais déjà reperée à cette occasion pourrait être de la partie.

Patrons les robes doudous

LOOK 4

La promotion de la gambette libre continue avec une jupe droite. Il serait peut être temps de prendre ma revanche sur la jupe hôtesse (cousue à ma vraie taille cette fois) et j'ai un vieux patron Butterick qui attend sagement d'être dépoussiéré un jour mais malheureusement pour lui, il y a de fortes probabilité que la priorité lui soit volée par une jupe droite... en jersey (si j'ai une robe doudou, pourquoi ne pas faire également une jupe doudou?). Mabel de Colette, déjà imprimée pour la collection précédente, attend juste d'être coupée (la version de Clo's m'a définitivement convaincue) mais la Jade Skirt de Paprika Pattern me fait elle aussi les yeux doux. La Senna dress, déclinable en jupe et la Shadi de Named avaient attirée mon attention mais je passerai mon tour sur ce coup là.

Patrons Les chemises

Depuis Bruyère j'ai une folle envie de chemise! Je trouve ce vêtement tellement féminin et déclinable à l'infini! Il se peut que je tente une modification radicale de la Bruyère pour en faire une chemise à manches courtes, sans ceinture et sans liquette... Chez République du Chiffon, Maeva et Margot se disputent le droit d'être sous le soleil mais finalement peut être que je laisserai parler mon côté fofolle sur ce coup là car j'ai trouvé une chemise... A NOEUD chez Ralph Pink! Alors comment résister? Bah c'est impossible, comme dit Le Papillon, "une addiction aux noeuds ça ne se soigne pas, ça s'entretient!"

Look 5 Casual - Sous le soleil 2015

 

LOOK 5 - Casual

Et là, vous sentez arriver l'influence brésilienne avec la succombation au graou power et l'appel du zèbre jaune. Parce que je ne compte pas non plus travailler 7/7j il était important de prévoir quelques cousettes casual pour la maison ou se promener en ville. Le tee-shirt Plantain gris, que je ne jamais bloggé et que j'ai cousu en mode pas très convaincue parce que je ne mets jamais de tee-shirt, fait parti de mes vêtements chouchou que je porte très fréquemment. Il est temps que j'en recouse un deuxième (au moins!) Je garde en tête le Neptune tee de See Kate Sew également et je ne sais pas pourquoi mais je fais une fixette depuis peu sur le Papercut et son grand décolleté... Si vraiment la chaleur m'écrase un débardeur Miss de Aime comme Marie pourrait refaire son apparition par ici ainsi que le nouveau patron de Colette sorti ce mois-ci avec l'édition de son magazine virtuel Seamwork.

Cela faisait quelques temps que je me penchait sur le cas de la mini-jupe (en graou vous l'aurez compris) mais je n'ai pas encore décidé si je ferai une chataigne, une moss ou une mini de Christelle coud. Et si le short s'inscruste dans mes projets, c'est sûr ce sera un Chataigne de Deer and Doe et il sera en chambray "national" (autrement dit brésilien).

Après la catastrophe de ma machine à laver qui a réduit sous le coup d'un caprice mon super gilet 2013 à une taille 5 ans, il ne me reste plus qu'à en coudre un nouveau avec le même critère : je dois pouvoir le rouler en boule au fond du sac et l'assortir avec à peu près tout. Oslo de Colette? Julia cardigan d'un Perfect pattern parcel? Ou Canelle de Christelle Coud? Affaire à suivre...

 

LES HORS COLLECTIONS

En parallèle de cette petite collection été, je compte me coudre sur l'année 2015 quelques autres petites choses qui ne suivent pas forcément le rythme des saisons et qui demandent un peu plus de recherches tant au niveau des patrons que du matériel ou du tissu spécifique. D'autres articles plus complets et détaillés en fonction de mes avancées seront à prévoir sur les deux sujets suivants : la lingerie et le sport

La Lingerie

Après avoir réalisé en 2014 mon premier maillot de bain et mon premier ensemble shorty+soutien gorge, je continue ma lancée dans le domaine lingerie! Mon souhait : arriver à coudre un superbe soutif avec rembourrage qui me mettra en valeur!! Après avoir lu l'article très intéressant de The tiny Tailoress sur la question le Make bra Petite #DL05 spécial mini-poitrine est dans ma ligne de mire! Mais parce que j'ai besoin de confort avec ces grosses chaleurs, le sans rembourage sera aussi de la partie avec la dernière collection de Je Fais Mes Dessous et peut être un ensemble Oooh Lulu qui me fait rêver depuis longtemps... Il commence à y avoir plus de patrons de lingerie qui commencent à sortir, le tout va être de trouver LE patron qui ira bien. Et bien sûr, le shorty que j'ai définitivement adopté compte bien accueillir quelques petits frères et soeurs!

Lingerie 2015

 

Le sport

La catégorie sport a également droit à ses coutures réservées rien qu'à lui! Au programme : de la danse, un peu de running (mouais juste un peu, hein, quand on voit ce qui se passe ici), du roller et de la salle de sport pour compléter de tout (en vérité, en attendant de pouvoir me payer un abonnement à un vrai studio de danse qui est horriblement cher ici!!). En bref, le sport et la danse en particulier a toujours pris une grande importance dans ma vie et avoir des vêtements adatés et que j'aime porter est tout aussi primordial. En objectif : des legging, des shorts, des survet en jersey, des débardeurs, des hauts loose et des guépières (pour celles qui ont l'habitude des parquets, elles comprendront peut être pourquoi je cherche à tout prix à préserver la peau de mes petites chevilles lorsque je fais du sol). Deux grandes marques se démarquent (hihi) Fehr trade qui semble être LA référence en terme de tecnicité et Papercut Pattern qui fait des choses assez jolies (parce que bon, je ne cherche pas à aller courir un marathon non plus). Mon défi sera de trouver des tissus vraiment adaptés à la pratique sportive.

Sportime 2015

 

Et vous? Que prévoyez vous de coudre en ce début d'année?

 

PS 1 : Colette lance le défi "en 2015 je crée ma propre garde-robe", si vous voulez en faire partie, lisez le programme ici

PS 2 : Je n'ai malheureusement pas encore un talent époustouflant en dessin, mais vu que j'aime bien gribouiller mes idées, j'utilise les silhouettes proposées gratuitement par Ralp Pink ici et ainsi que mon cahier Fashionary.



Fin »