"Le bouton ne tient qu'à un fil" [Mia]

16 janvier 2017

[TWP] Collection capsule : c'est parti pour 2017 !

Après l'année 2016 terminée sur une légère frustration créative, c'est l'heure de commencer cette nouvelle sur de nouveaux pieds (de biche hohoho). Comme vous pouvez le constater, mon humour raffiné est toujours à mes côtés, pour votre plus grand plaisir désarroi. Au programme de ces 12 prochains mois :

  • Une penderie guérie (traduction mot à mot de "The curated closet")

J'ai envie (et je ressens le besoin) de plus de minimalisme et de choses épurées. La couture est certes pour moi un plaisir et un hobby, mais c'est également une activité qui s'intègre dans ma vision du monde et son rapport à lui : besoin de faire des choix réfléchis en tant que consommatrice qui font parti d'un cercle virtueux du respect des hommes et de l'environnement. Le constat penduresque est qu'aujourd'hui :

- Pour les + : à part les affaires de sport, les chausettes, les sacs et la lingerie, je n'achète plus aucun vêtement en magasin et donc tout est 100% fait par mes petites mains et je suis fière de porter ce que je couds.

- Pour les - : ma penderie est remplie d'affaires que je ne mets pas parce que je ne les aime pas (mauvais choix de tissus, de patrons, ou de taille), il me manque des pièces très fonctionnelles (au bout d'un moment lorsqu'on a plein de jupes à fleurs... ils faut bien des couleurs unies pour aller avec), j'aimerais acheter moins de tissus mais de meilleur qualité.

  • Une meilleure gestion de mon temps

Passer du temps sur internet est chronophage et parfois frustrant : on voit passer de sublimes créations qui s'enchaînent à une vitesse folle et qui alimentent nos envies éphèmères (mais qui semblent sur le coup d'une importance vitale et primordiale) et qui pour ma part génèrent une frustration assez importante (il faudrait que je couse plus, il faudrait que j'écrive plus d'article plus souvent, il faudrait....) Stooooop ! J'aime écrire mais dès lors que ça devient une obligation, j'en perds mon plaisir. Je ne sais pas encore comment je vais m'organiser car je n'ai pas trouvé de solution qui me convenait encore les deux extrêmes de je-publie-un-article-à-chaque-cousette-et-ça-fait-beaucoup et fuck-les-articles-de-blog-morts-j'en-ai-5-de-retard... Ecrire plus, car au final la couture est une activté assez solitaire sans la communauté online, mais aussi passer plus de temps dans le réel : à faire mon yoga, lire au parc, découvrir de nouveaux musées et me déhancher sur de la musique à fond !

Pour lier ces deux objectifs en un, je rejoins le projet initié par Clothilde "Je couds ma garde-robe capsule 2017". Au début je n'étais pas franchement emballée par ce projet, et puis l'idée a fait tranquillement son bout de chemin jusqu'à tomber sur l'article de Tasticottine qui a achevé de me convaincre. Ce projet, c'est peut être une formidable occasion de se retrouver, d'échanger online sur une passion commune et surtout de faire de nouvelles connaissances sans qu'il y ait cette pression de concours ou cette course aux derniers patrons. Bref, ça me botte bien ! (Même si je sais déjà que je ne m'en tiendrai pas à UN seul haut en jersey pour cette année 2017... Ni même UNE SEULE ROBE ???!!! Whaaaaat ??? Bone c'est vrai que je passerai bien mes journées en tenue d'Eve mais ce n'est pas très bien socialement accepté...)

2017 : La Collection capsule !

collection capsule 2017

 

Elle est belle, elle est fraîche, la voici qui sort toute chaude du four (traduisez : de mon cerveau légèremment surchauffé par ma semaine de travail intense). Pas de contrainte de temps ni de mois : je verrai e fonction de mon humeur, de mes vacances et des températures. Clo a dit "pas de contraintes" et je crois avoir assez bien intégré le concept. Il n'y a QUE des patrons indépendants pour cette petite fournée, mais c'est pour rentabiliser mes patrons déjà en ma possession, qui pour la grande majorité (9/12), n'ont pas encore été cousus. Faisons les présentations plus en détails : 

Jupe Mai - Charlotte Auzou

 Autant les deux premiers opus de Charlotte Auzou ne m'ont pas fait plus d'effets qu'un pot de cornichons jeté en pâture devant un chat affamé (essayez, il continuera impertubablement à machouiller vos lacets, griffer votre canapé, ou chasser la moindre innocente boulette de papier laissée en liberté) autant son dernier livre a fait palpiter mon petit coeur telle la paire de chaussures de vos rêves soudain descendue à -40% par la grâce des évènements divins. En bref, il n'y avait pas à tortiller longtemps du ciboulo, la seule opion possible laissée à mon libre-arbitre tout puissant était d'en prendre possession rapidement. Ce qui a donc été fait à la rapidité de l'éclair. En vrai de vrai, ce livre est vraiment remplis de petites merveilles ! Modèle simple, romanrique, féminin et tellement "chic à la française". Un incontournable dans mon placard d'expat'.

Trop top - Ivanne Soufflet

Parce que coudre une petite jupe pour qu'elle reste seule sans petit haut-terriblement-confortable-mais-tout-de-même-un-brin-sexy ça serait vraiment trop cruel et triste, un trop top d'Ivanne Soufflet (version encore non cousue) sera donc évidemment de la partie. En blanc. Ou noir. Et vu que j'ai déjà un jersey blanc ET un jersey noir, il y aura sûrement un plantain en bonus. Parce qu'on n'a jamais trop de tee-shirt Plantain. 

Copenhague - Orageuse 

Cette nouvelle petite marque et surtout cette combinaison a été mon coup de coeur de 2016. Moi qui n'ai jamais cousu de combinaison (sérieux ? crois-tu que j'ai la tête de la nana prête à se déshabiller entièrement toutes les deux heures juste pour aller faire un petit pipi ?) et bien subitement il m'en fallait absolument une. Mourance totale. Copenhague d'Orageuse Patterns, bientôt tu seras mienne !

Aldaia - Pauline Alice

27 combinaisons possible juste avec UN patron, l'Aldaïa dress de Pauline Alice. Et vous croyez donc que je vais m'en tenir qu'à un seul exemplaire devant ce presque infini des possibles ? Pauvres innocentes petites choses....   

Almada - Seamwork

Cette couture pratique me paraît le bon compromis entre ma partie sauvageonne-féminine-libérée qui rêverait de passer ces journée nue, mais qui ne peut pas à cause de son voisin pervers qui passe ses journées à admirer les arbres depuis sa fenêtre, qui donne aussi par pure coincidence pile sur l'entrée de la salle de bain, et l'autre partie aussi sauvageonne-mais-du-côté-plus-obscure-de-le-flemmardise qui dépitée, se dit que, quitte à passer ses journée habillée par la force des choses, autant que ce soit en pilou-pilou. Seulement voilà, il y a l'autre, la sauvageonne-féminine-libérée très frustrée qui insiste en râlant que ce n'est pas possible de saboter ainsi son sex-appeal. D'où le kimono de la paix.

Isla Coat - Named

 Le trench : la pièce classe, intemporelle et tellement féminine ! Je ne sais pas encore s'il sera en version classique, insiration Burberry ou s'il sera dans des couleurs un peu plus romantiques... Pas sûre de garder la longueur originale du patron, mais ce qui est sûre, c'est que cette année, mon armoire brésilienne s'enrichira de cette pièce incontournable dans ma penderie !

Safran -Deer and Doe

Mon cher Safran ! je l'ai déjà réalisé pour le test du patron Deer and Doe. il était parfait, jusqu'à ce qu'un malencontreux coup de ciseaux furieux vienne fait un trou irréparable d'au moins 10 cm sur l'un des côtés. J'ai laissé échappé une petit larme de frustration et ai dû me résoudre à jeter ce magnifique modèle jamais porté... 2017 sera l'occasion de réparer ma déception ! 

Zooey - OhhhLulu

Certes un maillot c'est assez facile à faire certes bis, les prix dans le commerce sont réellement hallucinant (inversement proportionnels à la quantité de tissu : moins y'en a, plus c'est cher !). 2 bonnes raisons donc de coudre son maillot ! Sauf que... je trouve asssez difficile de réunir et le matériel et le tissu adéquat (parfois uniquement vendu au mètre alors que 30cm suffisent...) alors jusqu'ici, je n'étais pas très motivée pour un réalisé un fait main. on verra ce que donnera cette expérience ! (probablement que le bas de maillot Ohlulu, très cache-fesse européen, sera troqué par un modèle en string - qu'il me reste encore à trouver - bien plus adapté aux plages brésiliennes, où c'est la norme)

Cannelle - Christelle coud

Tellement rapide et facile à coudre, pour un résultat bluffant : effort mini pour effet maxi, c'est évident que je ne peux pas me contenter que d'une version (non encore bloguée à ce jour mais entreaperçue sur instagram). En plus, Christelle a mis à disposition 3 tutos pour modifier son patron et lui donner un style différent !

Alex dress - Sew Over It

 Une chemise oui... du moins qu'elle est en version robe (une SEULE robe, c'est pas possible je vous dit). et pour ça, le modèle de l'e-book "City Break" de Sew Over It sera parfait pour la demi-saison ! 

Short chi-town - AlinaDesign&co

Je ne suis pas trop une fille à pantalon, même si je me suis dit qu'on a toujours besoin d'un chino basique, passe-partout mais néanmoins bien coupé dans son armoire, ce qui a donc motiver l'achat raisonné de ce patron. Les versions vues sur la blogosphère sont réellement bien coupées et tombent parfaitement. Je ne suis donc pas une fille à pantalon, en revanche il y a moyen de me faire passer ma vie en short sans difficulté : je pourrais en avoir de toutes les couleurs, et vu que je n'en ai qu'un en jean (qui tombe en lanbeaux), un à fleurs et un à carreaux, le plus dur a être de choisir la bonne couleur : jaune, blanc, noir, turquoise, orange, rose ? J'ai encore quelques mois pour me décider ! 

Silk Cami - SOI

 

Je vous présente le haut silk Cami que je n'ai pas en ma possession mais que je compte bien patronner moi-meme, hisoire de ne pas dépenser mon argent dans un design aussi basique et pour pratiquer un peu mes connaissances que je risque fort d'oublier sinon !

Je suis assez contente de mon programme car je pense sincèrement porter avec plaisir toutes les pièces que je projette de coudre. Ce qui ne m'empêchera pas de coudre quelques cousettes "sucreries" à côté, parce que j'en ai terriblement besoin... ou juste pour le plaisir !


30 décembre 2016

[Bubu en fleurs japonaises] Une question de juste dosage

J'ai frôlé l'overdose...

Pourtant tout roulait comme sur des roulettes : j'avais mon programme défini à l'avance, qui respectait mes envies et les besoins de mon armoire (déjà pleine à craquer mais qui accepte toujours une petite pièce supplémentaire, en tassant bien), j'étais fière de pouvoir dire que cela fait bien 3 ans que je n'ai rien acheté en magasin de prêt-à porter (à l'exception de mes chausettes, lingerie et active-wear), et j'avais mon rythme pré-défini de ma couture et de mon article tous les dimanches... Bref, tout se goupillat à merveille dans le meilleur des mondes.

Bubu en fleurs japonaises

Sauf que...

Sauf que voilà : dans la vraie vie, il y a une foule d'envies et de nouveautés qui vous tiraillent tous les mois et qui allongent votre pré-todo-liste (c'est à dire celle qui précède la liste de vos projets programmés), il y a la frustration d'avoir envie d'en coudre plus et plus vite qui bataille avec la frustration de ne pas varier dans ce loisir solitaire et de ne pas faire d'autres choses, il y a des besoin en vêtements urgentissime, type les basiques en débardeur jersey blanc et noir (dont les versions actuelles sont en passe de devenir des serpillières rapiéciées), qui ne sont pas forcément des coutures gratifiantes, que l'on ne programme pas, alors qu'on en a besoin, mais c'est parce qu'on a déjà tellement de choses à coudre !

C'était donc le moment d'ouvrir une celulle de crise spéciale couture !

Robe 115 - Burda

Besoins versus envies

Parfois j'ai l'impression d'être une véritable Becky Bloomwood qui a fait d'Etsy son Tiffany de la couture, son temple de la tentation. Et qui deale dans son quotidien avec les conséquences dramatiques de son addiction. Ca ne serait pas dramatique, si ce que j'avais me satisfaisait amplement, mais ce n'est pas le cas : j'ai envie de toujours plus, comme un monstre qui aurait une éternelle faim insatiable. Le drame de nos envies c'est l'histoire du tonneau troué des Danaïdes : il est condamné à être éternellement rempli... Damn, ma vie est foutue (et surtout mes placards vont explosés) !

DSC01367   Bubu forever - la 115

Mais entre l'extrême de vouloir satisfaire absolument toutes nos envies (mission impossible #6) et l'extrême opposé de vouloir éteindre le feu de toutes nos envies, cause de toutes nos souffrances, il a la solution du juste milieu. Lier mes besoins à mes envies, et inversement. La mise en place du wardrobe architect devait être une délivrance dans ce sens, et il est pourtant devenu un programme tyrannique de collections à respecter dans l'ordre du temps et des saisons. je n'aimerais coudre que des "vêtements préférés" à la maniere de Lathelize. Coudre moins mais mieux, en utilisant de belles matières, même si elles sont plus chères.

Robe Burda 115

J'ai récemment commandé le livre "The curated closet" de l'auteure du blog "Into-mind" que j'ai souvent cité par ici comme source d'inspiration pour la création d'une garde-robe fonctionnelle. Je compte pousser la réflexion plus loin et réellement la mettre en pratique! Le livre peut être complété d'un workbook pour encore plus d'exercices concrets. Je vous dirai ce que j'en pense une fois reçu... et lu !

Source: Externe

Objectif : plaisir !

Coudre en devient presque une obligation parfois, pour respecter les objectifs que je me suis arbitrairement fixé, et pour répondre à mes besoins en vêtements fonctionnels. La couture devrait rester un plaisir, et au final, les cousettes que je préfère ont une histoire créative. Dans cet esprit, les dernières cousettes qui m'ont donnée le plus de plaisir dans tout le process de couture et de création, ont été la robe bustier Bubu-forever, la robe opale coquelicot et cette dernière robe, la Burda 115 du magazine de juin 2016 (qui est sorti ce mois-ci au Brésil, avec les 6 mois de décalage habituels qui correspond à notre différence de saison), joliment nommé "Sweetheart Dress" sur le site du magazine. J'ai acheté leur tissu en même temps : cela a été un vrai coup de coeur combiné! Ce sont des tissus qui sortaient de mon budget habituel, et pour autant je les ai bien rentabilisé chacun! De cette expérience, je peux en ressortir deux leçons à retenir pour le futur :

Robe 115 062016 - Burda

Principe-qui-marche-bien #1: acheter moins mais mieux ! Il vaut mieux quelques tissus coup de coeur de bonne qualité, que je serai sûre de coudre et de porter, qu'une multitude qui resteront dans mon placard dans l'attente d'un hypothétique projet (de pyjama?)

Principe-qui-marche-bien #2 : coudre ce que je suis quasiment sûre de porter (sauf si c'est raté of course), par exemple : les robes, surtout les droites et ajustées que je trouve parfaitement bureau-compatibles, et ce quelque soit la saison. En revanche, je porte beaucoup moins des pantalons et des chemises : par conséquent, je n'aurais besoin qu'un nombre limité de patrons : je sais sur quels points je peux me faire plaisir!

La robe au temps des cerises

Ce tissu m'évoque des cerisiers du Japon en fleurs... Que je n'ai jamais vu de mes propres yeux mais que j'imagine ainsi : des couleurs douces et pastels accompagnées d'un subtil parfum qui annonce le renouveau printanier à venir! Je ne savais pas exactement quel modèle de robe j'allais coudre au moment de mon achat, mais mon choix s'est vite posé sur le modèle 115 du Burda Style du mois de juin avec lequel j'étais reparti dans mes valises après mes vacances. Ce modèle a connu un petit succès éphémère sur la toile, notamment chez By Sandra's hand ici et là, que je dois dire est amplement mérité!

Détails robe 115 - dos

C'est un modèle de robe en taille haute (très pratique pour les sorties au restaurant un peu habillé où l'on compte s'empiffrer déguster un bon met) et un peu décolleté. Sa forme droite et ajustée fait qu'elle passe très bien en réunion, tout en étant agréable à porter! Cousue en 36, je n'ai effectué aucune modification (bien que le popotin ait des tendances dangereusement trentuitesques). La couture du corsage est un point technique intéressant : les pinces poitrines ont été cachées dans une découpe en carré astucieuse et originale. J'avoue que c'est une technique que je ne maîtrise pas forcément bien et j'ai un mini-pli qui subsiste dans le coin de ma découpe droite, bien que je me sois d'abord entraînée sur les découpes de la doublure qui, elles, sont parfaites [rage]. Mais comme le dit ma chère Mamoune, "à moins de mettre son nez dessus [ce qui reviendrait à mettre son nez sur mon sein droit, et donc qui serait d'un goût plus que douteux, vous en conviendrez], on ne voit strictement rien". D'ailleurs je suis sûre que, même en vous l'ayant signalé, vous ne le voyez pas (hein, vu que vous n'avez pas le nez dessus, vous suivez?).

Burda sweetheart dress

Cette robe fait partie de mes modèles-coup-de-coeur-succès-assuré synonyme de rapidité-maxi-effort-mini-pour-effet-boeuf-assuré. Bref, une valeur sûe à duppliquer. Je pense donc m'en recoudre une version pour l'année à venir... dans un prochain tissu coup de coeur ! 

Fiche technique - robe Burda 115 062016

Posté par Mia-Dorere à 17:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 novembre 2016

[Fifi] Papillons sauvés de la poubelle

Non vraiment, je ne sais pas pourquoi j'ai acheté ce tissu...

C'est ce qui me venait à l'esprit lorsque je regardais, dépitée, ce tissu Rose à papillons bleu marine qui sortait de mon stock? Mais qu'est ce qu'il m'avait pris?! J'essayais de me souvenir de la scène de l'achat ce jour là. Pourtant le vendeur ne m'avait ni menacée "vous prenez celui-là aussi sinon je ne vous vend aucun tissu", ni suppliée "prenez celui là aussi svp, juste un petit mètre - je vous le fais même gratuit! mieux je vous paye et vous me débarrassez du rouleau entier", ni surprise en me le glissant ni vu ni connu dans mon sac. Non, je devais bien m'y résoudre : je l'avais acheté en pleine possession de mes moyens et en toute conaissance de cause.

Fifi - LE pyjama

Me voici donc l'heureuse détentrice dans mon stock d'un tissu que je ne veux pas. Un peu comme un cadeau empoisonné que vous auriez accepté un peu contre votre gré avec le petit sourire coincé qui exprime à peu près tout sauf la gratitude. Sauf que dans le cas présent, j'étais l'unique fautive à blâmer pour son apparition dans ma cavernes aux mille merveilles tissés. Mais qu'est ce que je lui reprochais au juste à ce bout de tissu mal-aimé? Il n'est pas moche en réalité, il y avait bien un petit quelque chose qui m'avait attirée à la base pour me décider à le mettre dans mon panier (à moins que le vendeur ne m'ait droguée ou hypnotiséee pile à ce moment là? Ce qui expliquerait mon incapacité à m'en souvenir! Malin! Hum... piste à creuser), alors quoi? Ce rose trop rose? Les papillons? Le fait qu'il soit un peu transparent? Je ne connais pas la dure réponse mais le désamour est là.

détails top Fifi

Comment me débarasser de ce tissu trop encombrant? La poubelle? Ce n'est pas possible! C'est un tissu! Il ne peut PAS finir aux ordures... Alors comment faire? C'est à ce moment là que j'aillit l'idée géniale du siècle : j'allais le coudre!

détails short Fifi

Fifi, la couture purge-stock

Je sais, vous êtes un peu dubitative devant mon idée révolutionnaire, il en est souvent ainsi des choses totalement novatrice : elles restent incomprises un temps, plus ou moins long, de leurs pairs, mais laissez-moi tenter de vous expliquer. L'idée est donc de me débarasser de ce tissu encombrant en le transformant en cousette d'intérieur : elle allie l'avantage de ne pas avoir à supporter les regards sacartisquement tranchants des ignorants de la fashion home-made couture (genre "ton rose est très barbapapa" ou "cette floppée de papillon, ça fait très Candy sur la lune" ou encore "si je plisse fort les yeux, je peux apercevoir les bords de ton soutien-gorge" bref, rien qui ne soit très indispensable à l'écoute) tout en obligeant à prendre le temps d'une couture utile, mais sans grands retours de reconnaissance de notre talent par les masses. Soit dit en passant, mes deux chats semblent grandement apprécier l'oeuvre au vu de leurs ronronnements et de leurs frottages réguliers contre le tissu, ce qui me donne la grande fierté d'avoir réussi leur éducation au bon goût.

pyjama fifi - tilly and the buttons

Fifi - dos

Bref, le patron de cette couture d'intérieur utile se nomme Fifi, petit pyjama très féminin et un brin sexy de la marque Tilly & The buttons. Je ne suis pas une grande fan de tous les patrons de cette marque : je le trouve souvent simplistes (surtout pour le prix en livre sterling), avec un manque de finitions soignées. Je trouve (mais c'est mon opinion personelle) que vous achetez ces patrons plus pour l'appartenance à l'univers de Tilly, plus que pour leur challenge technique, ou leur potentiel à avoir une grande robe moderne et fonctionnelle (pas vraiment le positionnement de Tilly), mais, je dois avouer que le patron du pyjama Fifi a attiré toute mon attention : il est mignon à souhait et je n'ai pas encore trouvé d'équivalent sur le marché (il y a bien le Carolyn Pyjama de Closed Case Files ou l'ensemble Reef de Megan Nielsen, mais l'un comme l'autre correspondent encore moins à ma petite bourse de travailleuse en contrat local dans un pays émergent).

Tilly and the buttons - Fifi

Butterflies & Saturday night fever

Fifi est disponible en format papier ou PDF. C'est une couture accessible aux débutants +, les difficultés résidant dans le fait de savoir coudre un biais, faire des petits plis et coudre un élastique avec la technique du tunneling et c'est tout. Bon je sais qu'initialement, je vous avait vendu du rêve en vous annonçant que je couserai le bien joli petit haut Fifi et que je l'assortirai au short Ben de la nouvelle marque Machine Gram. Mais c'était sans compter l'un des nombreux aléas de la vie, et dans le cas présent, l'association malheureuse de 3 facteurs : un manque chronique de papier, suivi d'une cartouche d'encre au bord de la panne sèche suivi par un manque d'information sur les page à inprimer du petit pyjama, bien mignon, mais qui commençait mine de rien à me rendre déjà la vie difficile. Donc, j'ai tout imprimé et sacrifié Ben au passage ; et pour vous qui ne voudriez ne réaliser que le petit haut, vous pouvez vous arrêter à la page 12.

Fifi - devant   Fifi - côté

Mes mesures ayant quelques peu évolué ces derniers temps (surtout pour la partie taille-hanche-cuisse, malheureusement toujours rien à signaler dans la partie mammaire), j'ai adapté le petit haut en taille 2,5 - 2 et gardé la taille 3 pour le short. Je n'y ai pas pensé sur le coup (ou peut être est-ce une marque de déni caché) mais j'aurais dû jeter un oeil bien avisé sur cet article-tuto afin de pouvoir effectuer quelques ajustement de SBA (Small Bust adjustments). Bon du coup, je ne remplis pas vraiment la poitrine, mais mes chats, ces braves petites bêtes, ne m'en tiennent heureusement pas rigueur.

Pyjama Fifi

Que dire de plus, à part que les marges de couture de 1,5cm sont comprises (et ça, j'aime beaucoup) et que mes petits papillons sur fond rose d'un tissu mal-aimé, vont pouvoir s'en donner à coeur joie dans leur looping, le samedi soir, bien confortablement installés dans le canap', sous la couette, avec un thé blanc fumant et un nouvel épisode de Elementary.

Fiche technique - pyjama Fifi

16 octobre 2016

[Louise dans la brume] Petit saut dans le temps oublié

Cet article doit vous présenter Louise et pourtant, c'est de Marthe dont je meurs d'envie de vous parler. Non, pas la blouse Marthe - patron issu de la même créatrice mais que je ne possède pas dans ma patronthèque - non, Marthe de Florian. Ok, je vois d'ici vos grand yeux étonnés et vous avez pensé tellement fort "ça y est, elle divague!" que je l'ai entendu jusqu'ici. Et bien, Marthe de Florian, c'est elle :

Source: Externe

  Portrait de Marthe de Florian, par Giovani Boldini

Cette Marthe a été faite de chair et d'os et a bien existé à la fin du XVIII° siècle jusqu'au début du siècle dernier, tout pile à la Belle Epoque. Demi-Mondaine, et d'une incroyable beauté, elle a côtoyé les grands noms de l'époque, dont George Clémenceau par exemple et surtout Boldini, peintre impressioniste qui a peint son portrait. Son appartement a été découvert en 2010, dans le 9° arrondissement de Paris, figé dans le temps, ayant été fermé depuis près de 70 ans. Cette formidable découverte a inspiré Michelle Gable qui a donné naissance à une fiction "L'appartement oublié".

De l'importance de la provenance des choses... ou pas

Pourquoi garder un appartement, rempli de merveilles, fermé pendant 70 ans alors que l'on connaît son existence - puisque les charges étaient payées en temps et en heure? Si pour Marthe il semble primordial de se créer un nom (au sens propre comme au figuré), pour le commisseur-proseur et ses experts qui s'occuperont de la vente aux enchères, d'établir l'origine et la provenance de ses biens, pour la mystérieuse héritière il semble que la direction que l'on prend est plus importante que de regarder d'où l'on vient.

Hum voyons donc

 

Louise et ses bretelles

Après cette entrée en matière tonitruante, le retour à la réalité de la Louise du XXI° siècle se fait rude. Datée de 2016, elle fait partie de la collection été de la marque République du Chiffon. Côtée à 8€ sur le web shopping, elle a contribué à un raz-de-marée louisesque qui a accompagné la chaleur des derniers rayons de soleil du continent européen (à moi l'été à présent!). Aurait-elle connu le même succès si elle était parue sous un autre nom, type La Maison Victor, ou pire (humour) Burda? Rien n'est moins sûr, mais pour autant son succès est mérité : c'est un haut facile et rapide à coudre, qui donne un résultat agréable à porter que ce soit dans un style décontracté, professionnel ou classe en fonction des matières utillisées. Dans le cas présent, je l'ai réalisé en 36 dans un coton fluide légèremment satiné, acheté à l'époque au Marché Saint Pierre à Paris. Je n'ai fait aucune modifications à part raccourcir les bretelles de 2,5cm.

Top Louise et jupe Brume

Louise en pantalon   RDC - Top Louise

Top Louise - vue de dos

Un petit bémol tout de même au modèle : on voit les bretelles de soutien-gorge. C'est très terre-à-terre et ça ne remet pas en question le seyant du modèle, MAIS pragmatiquement parlant et bien justement, ce n'est pas très pratique cette histoire. Non pas que j'ai été rappelée à l'ordre par la Brigade de la bretelle pour atteinte aux règles de la fashion-bienséance-style, mais bon il faut bien avouer qu'esthétiquement parlant, ce n'est pas quelque chose qu'aurait peint Boldini par exemple. Je semble tombé des nues en blablotant sur ce détail, et ce n'est pas comme si la blogo en avait déjà parlé des centaines de fois, mais il fallait que je m'en rende compte de mes propres yeux sur mon propre corps. Voilà, c'est chose faite. La prochaine version verra donc quelques modifications dans ce patron, par exemple en utilisant le super tuto hacking de By Sandra's hand parce que ce qui compte au final, ce n'est pas tant de garder l'intégrité du modèle original ni de savoir la marque d'où il vient, mais bien de ce qu'on en fait pour notre quotidien. A savoir dans le cas présent : le transformer en basique PARFAIT.

République du Chiffon - Louise

Ce que l'on montre et ce que l'on est [vraiment]

Marthe était très préoccupée de ce qui pourrait se dire d'elle. Les apparences étaient importantes : posséder des biens, être habillée à la dernière mode (voir lancer des modes), être une référence dans la rubrique mondaine du journal... Il y a ce que l'on montre, ce que l'on donne à voir, que ce soit par écrit, par photo ou par notre apparence au jour le jour. Et puis il y a nos actes qui parlent pour nous, qui nous sommes vraiment. Par exemple, il n'y a que deux articles sur la jupe Brume de Deer and Doe sur ce blog (sur un peu plus de 200) et pourtant ce sont les réalisations que je porte le plus! Brume c'est LA jupe parfaite : seyante, moulante juste comme il faut, originale dans ses découpes, facile et rapide à coudre et surtout, le méga top du plus : elle est HYPER confortable! Genre elle ne coupe pas votre ventre e deux en le boudinant tel un rôti cru, elle s'adapte totalement à votre démarche, que vous marchiez à grandes enjambées rapides de femme pressée, ou à petits pas guindés. Bref, si Deer and Doe ne l'avait pas inventé et bien ça m'aurait terriblement manquée! Ne partons pas refaire le monde avec des "si", la jupe Brume existe, pour mon plus grand bonheur!

Jupe brume élastique

Je sais que je devais parler le Louise. Mais je parle de Brume aussi car les deux forme un duo de basiques parfaits (en tout cas, dès que j'aurais modifier les bretelles de Louise... La Brigade veille au grain, il ne s'agit pas de trop rigoler et de s'étourdir). C'est la première fois que je la réalise dans la longueur de sa version B. Avant, j'aurais dit qu'il était hors de question de porter une jupe en-dessous du genou : le style mémérisant pouvait encore attendre mes vieux jours. Mais ça c'était avant. Avant que ça ne me plaise car ça ne faisait pas si vieux que ça finalement...

Brume et pull ondée - deer and doe

Brume - style urbain   deer and Doe - jupe Brume

Jupe Brume de dos

Je l'ai réalisée en 38, ayant suivi fidèlement le tableau des tailles mais je le regrette un peu : j'aurais dû la faire en 36 car elle taille légèremment grand. J'ai la fâcheuse tendance à me voir plus remplumée que ce que je suis actuellement. Non pas que j'ai maigri, vu que j'ai pris du poids, mais certaines parties de mon corps se sont raffermies et ont perdu quelques centimètres, dû à ma reprise d'une pratique sportive régulière. 

Top Louise - RDC

Fiche technique - top louise RDC - jupe Brume deer and doe

Posté par Mia-Dorere à 18:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

13 octobre 2016

[Opale] Génération Yeah!

Opale est la troisième de son nom. Opale #1 feu son aïeule, jamais portée, n'a pas survécu à un tri radical de mon armoire. Je l'aimais beaucoup, je la trouvais belle à la contemplation, mais voilà, elle n'est jamais sortie de l'armoire, exceptée pour la prise de photos. Pluseurs explications à cela: à l'époque, en manque de vliesline, je n'avais pas entoilé les parmentures, ce qu'il fait qu'elles ne tiennent pas en place et je trouve le tissu peu approprié : trop transparent avec un manque de tenu. Echec. La deuxième version, Opale #2 de sa douce apellation, est 100% d'appellation controlée : pas de petit mix avec la jupe perle ou autre. Ses débuts dans la vraie vie ont été ubuesques, ce qui explique son séjour prolongée dans le cachot armoiresque. Jusqu'à ce que je me décide à la ressortir, parce que décidément c'était bien dommage de laisser un si beau tissu végéter dans le noir... et puis il fallait bien vérifier si sa malédiction des débuts courait toujours. la réponse est non, et je la met donc avec plaisir. L'échec qui s'est transformé en succès.

Opale - noeud

Pour cette nouvelle génération, je ne voulais pas entendre parler d'échec : cette Opale #3 avait tout pour réussir ses sorties dans le grand monde! C'est la génération yeah!

Ivanne Soufflet - Opale

Heu, c'est quoi ta génération Yeah?

La génération Yeah, c'est la nouvelle génération, celle que, par définition, les anciennes ne comprennent pas, observent, décortiquent, critiquent ou cherchent à comprendre. Les médias l'appellent Y, ou Millenials (si tu as moins de 35 ans mais plus de 20, alors bienvenue au club). Opale #3 fait partie de cette génération qui questionne et réinvente le monde, et plus particulièrement de la culture Gypsy, qui croit qu'elle est le personnage principal d'une histoire unique. Alos forcément, hors de question pour Opale#Gypsy de rester au placard, être victime, 'une malédiction ou je ne sais quoi d'autre, elle serait sur le devant de la scène!

Opale - Ivanne Soufflet   Détails dos - robe opale

Seulement voilà, parfois la vie n'est pas toujours simple. Elle est finie, elle est même très jolie - "ta plus belle réussite jusqu'à maintenant" dixit l'HomChou d'habitude fervent critique des dernières nouveautés sortant de ma machine - maismaismais elle reste, elle aussi, assignée au placard. Quoi? Comment ça?! Pour le coup ce n'est vraiment pas de sa faute, mais les circonstances extérieures ne sont vraiment pas propices... C'est la crise du froid : on est quand même déjà au printemps, ce qui sous-entend que le termoètres devrait flirter quotidiennement avec la barre des 30°C, et pourtant les températures extérieures refusent de décoller des 20°... Découvrir le beau monde oui, mais sans y laisser ses orteils gelés par le froid (okaaaay j'exagère un peu. Après tout, les collants existent!)

Opale - côté

Le tissu tentateur

Là où Opale#Gypsy a quand même raison, c'est que son histoire n'est pas commune. En réalité, elle n'était pas destinée à voir le jour. En tout cas pas avec ce tissu-là. Cette merveille de tissu aux petits coquelicots rouges, en vrai, n'était pas destiné à Opale. Non, il était destiné à la Flora dress de By Hand London. La raison? Un article lu sur le blog du Fil à coudre d'Anna, présentant sa dernière réalisation : il y avait le ciel, le soleil, la mer, et cette superbe robe ROUGE. Et justement, c'était peu avant mes vacances, pendant lesquelles j'allais aussi retrouver le ciel, la mer... ne manquait au tableau parfait que cette superbe robe rouge. Je suis donc partie en chasse dans la rue des tissu, mon radar à tissus rouges en éveil. Il fait parti de la mëme collection que celui de cette robe Burda et d'une autre (à venir très bientôt). Aussitôt achetés, presque aussitôt cousus! Sauf qu'entretemps, j'ai effectué des recherches d'antécédents de la belle (on n'est jamais trop prudent) et il pourrait s'avérer que je n'ai peut être pas eu entièrement tort : la belle Flora est accusée de délit de manque d'ajustage par pas mal de couturières américaines (aucune mention dans ce sens sur la blogo française). De la marque BHL j'ai déjà réalisé Elisalex, qui m'avait déçue de part sa longueur et sa résorbtion d'embu princesse. Forcément, un patron ne peut pas convenir à toutes les morphologies mais il semble tout de même que la marque BHL reçoive pas mal de critiques sur beaucoup de ses patrons... Des expériences à partager de votre côté?

Opale de bureau

Perdue dans mes réflexions, le ciel, le soleil, la mer et les vacances sont passées, et tout doucement, le modèle Opale s'est imposé comme digne successeur au titre de la sublime robe rouge.

Opale-devant   Opale-dos

Opale en détails techniques

Mais justement, faisant plus amplement connaissance : Opale est un modèle issue du livres Grains de couture d'Ivanne Soufflet. Elle est coupée en 36-38-38 et est parfaite ainsi (voir la page xx du livre pour savoir comment relier différentes tailles entre elles, si comme moi, vos mesures correspondent à des tailles différentes dans le tableau de mensurations). Le tissu se suffisant à lui-même dans ce pétillant rouge fleuri, je n'ai pas souhaité rajouté les détails des découpes aux épaules ainsi que le petit col. Je pense que cela aurait fait trop chargé. J'ai, bien évidemment, gardé les détails du dos dont je suis ultra fan (et qui en plus, ne laissent pas entrevoir le soutien-gorge)! Je n'ai fait aucune modification, à part celle de rallonger la jupe de 4 petits cm, ce qui l'amène à une longueur 3/4 de cuisse (soyons précis). Afin de volontairement alléger la plange du livre, la jupe n'est pas gradé en différentes longueurs, ce qui de fait, la laisse assez courte. Il est conseillé de vérifier la longueur (en posant le patron de la jupe sur vous) et d'éventuellement l'ajuster avant de découper votre tissu.

Opale-encolure

Robe Opale

Opale - détails dos

Les emmanchures sont finies au biais. Je sais, je sais, j'avais dit dans mon dernier billet que je ferai autrement la prochaine fois. Seulement entre temps j'ai oublié. Voilà. Donc pour la prochaine, je couserai sûrement - autrement dit si ma tête ne joue pas à Doris - une doublure pour le haut. Autrement dit, les finitions seront impeccables!... Si je n'oublie pas... Je parle d'une prochaine fois, car lors de ma virée tissu, il y en un qui avait touché mon coeur en plein dans le mille, mais que ma raison avait préféré ignorer ostensciblement "tu es ruinée je te dis, je t'enfonce pas dans des dettes incommensurables, bordel!" (ma raison a plutôt son franc parlé). Il est temps d'aller adopter ce tissu orphelin et d'en faire une Opale #4, la version qui saura me faire adorer l'alliance Perle-Opale et honorer la mémoire de sa bisaïeule oubliée.

Fiche technique - robe Opale

*Génération Yeah! est un petit clin d'oeil à l'article du même nom de Merci Alfred!

Posté par Mia-Dorere à 04:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 septembre 2016

[Col. TWP Spring 2016] Le lendemain des possibles

Lorsqu'on lève le nez de nore machine à coudre et qu'on sort de notre antre encombrée de projets in progress pour aller prendre la température du monde et voir un peu ce qui se passe... Les nouvelles ne sont pas folichonnes... déprimantes à vrai dire! Et on peut rapidement se laisser submerger par un sentiment d'impuissance, teinté de révolte rageuse. "Il faut faire quelque chose! Mais quoi?" Changer le monde à la force de nos seules frêles épaules n'est pas possible alors nous devons l'accepter (#instant vérité 1), et se focaliser sur ce qui peut être changé : nous (#instant vérité 2). Et si on se concentrait un peu sur notre bonheur pour la saison à venir?

 

Quelles sont les prédictions pantonesque?

Ce n'est pas Pantone qui nous contredira :

      "Cette saison, les couleurs nous transportent à un endroit plus heureux et ensoleillé, où nous nous sentons libres d'exprimer une version plus spirituelle de notre véritable moi" [Leatrice Eiseman]

L'heure est au calme et à la détente. Rendant hommage à la beauté des ressources naturelles, les couleurs émergentes de ce printemps 2016 nous mènent vers des environs conscients plus tranquilles qui favorisent la relaxation, la curiosité et l'exploration. Les designers ont été inspirés par le contraste de design urbain et d'une végétation luxuriante. En créant des regards qui représentent vraiment le monde dans lequel nous vivons, à la fois construit et organique, les designers ont cherché à éveiller le sens de la réflexion, suivie d'évasion ludique. "Avec notre culture entourée de tant d'incertitudes, nous continuons à aspirer à ces tons plus doux qui offrent un sentiment de calme et de détente." [source : pantone]

C'est donc sans surprise que les couleurs 2016 sont de douces couleurs pastels qui rappellent un jour d'été qui s'éteind tranquillement en coucher de soleil serein.

 rose quartz

La Couleur Rose Quartz, de nature apaisante, dirige la collection de printemps de Pantone avec un ton persuasif mais doux qui transmet lacompassion et un sentiment de calme. Serenity, quant à elle, est légère et aéré comme l'étendue de ciel bleu au-dessus de nos têtes. C'est une couleur réconfortante, avec un effet calmant, qui nous apporte un sentiment de répit, même en période de turbulences.

 

Aux côtés de ces deux couleurs douces, le reste de la palette est vive et appelle aux échappées belles!

10 couleurs 2016 

 

Le bon moment pour commencer quelque chose... c'est maintenant!

Dans toute difficulté, il y a une opportunité. Particulièrement celle de repenser et de réinventer les choses, car si elles ne foncionnent plus, c'est bien qu'elles sont arrivées à leur limite! Il existe donc une foule de nouvelles possibilités à explorer! Et vu que les lendemains que j'imagine sont lumineux, les couleurs choisies pour ce printemps éclosant sont vives elles aussi!

Le lendemain des possibles_couleurs_2016

Les robes seront la pièce phare de cette nouvelle saison. L'hiver qui se termine a été froid (le plus froid depuis 20 ans à São Paulo! l'asence de radiateurs s'est cruellement fait sentir...), humide, gris et pluvieux. Il a été long et assez fatigant. Bref, j'attends avec impatience de pouvoir découvrir mes gambettes en mal de soleil! Les défis qui s'annoncent pour les mois à venir seront avant tout professionnels, d'où un choix totalement libéré d'avoir des coupes plutôt cintrées, épurées et classes.

Pour ce premier duo "Peps fraîcheur", c'est Madame Bubu qui ouvre la danse, avec un modèle taille haute, issu du magazine (version européenne) de juin 2016, qui a déjà fait quelques émules sur le toile. Je me joins donc avec plaisir aux cercles des convaincues : allez donc jeter un oeil sur les magnifiques versions de Sandra ici et , qui achèveront de vous convaincre que c'est LA robe qu'il vous faut absolument. La robe Jessy, issue des premiers numéros de La Maison Victor est la prochaine sur la liste : simple, confortable avec le petit détail des plis religieux qui fait mouche. Une robe basique élaborée en somme qui à l'air agréable à porter. 

Fiche 1 - Beurre et quartz

Pour ce duo, bon plutôt mal assorti, avouons-le, mais il faut bien caser tout le monde, même si un véritable styliste s'aracherait les cheveux sur l'incohérence de l'odre de présentation, et sur le tout en général en fait, BREF, où en étais-le? Donc, pour ce duo le bien nommé "Force tranquille", la nécessité première était de repeuplé petit à petit mon vestaire sportif, bien mal dégarni. J'ai repris le sport à raison de 5 à 7 heures de sport hebdomadaires - mon ancien rythme parisien - et je me sens à nouveau bien. Genre vivante. Et je n'ai plus seulement besoin d'avoir des vêtements fitness, mais j'ai envie d'avoir de chouettes active wear qui m'accompagnent dans mon effort. Pour ceci, le pneuma-tank, version débardeur est une valeur sûre et je vais enfin utiliser et tester le patron Duathlon short de Fehr Trade qui attendait patiemment son heure.

L'autre côté de la force tranquille, c'est celle de la business women affairée : une robe à la sihouette simple mais aux découpes un peu travaillées lui permet d'appuyer sa confiance en elle. Lekala sera de la partie avec le patron n°5883, acheté à 0,99$ à la douce époque où ils étaient encore à ce prix là.

Fiche 2 - Force tranquille

Pour ce duo "Beach Sunset", la détente est de mise : l'Adrift dress de Papercut Patterns fut mon coup de coeur lors de la sortie de leur dernière collection : légère et aérienne avec une touche romantique que j'aime grâce à ses froufrou volantées.

Comme pour le sport, et sûrement grâce à lui, j'ai envie d'être un peu sexy chez moi et de troquer le combo-gagnant-anti-froid pull XL-chaussettes en laine-legging (cheveux hirsutes) par : le top Fiffi pyjama de tilly and the buttons accompagné du short Ben, patron gratuit d'une nouvelle marque Chez Machine (et cheveux coiffés et sentant bons le shampoing tout frais, cela va sans dire). 

Fiche 3 - Sweet sunset

Et pour terminer, faisons le plein d'énergie avec une nouvelle version de la robe d'Opale d'Ivanne Soufflet en couleur pepsy fiesta! Plus qu'une simple réconciliation, c'est le véritable amour foufoufou entre nous!

Le top Louise de République du chiffon sera le seul patron récemment sorti, pour qui j'ai craqué. Non pas que je ne suis pas fan de la nouvelle collection Named (j'ai dû brûler ma CB pour ne pas l'utiliser! Ouais bon, ok j'ai un minimum de self controle, je l'ai juste enfermée sous clés à double tour) ou la collection de la nouvelle marque Orageuse (à ce point, j'ai avalé la clé)... Mais restrictions budgétaires obligeant, j'ai utilisé ce que j'avais en stock, pour le plus grand soulagement de mon banquier (en grève... c'est dire s'il prend mes mesures de contrôle de budget au sérieux).

La folie du pantalon aidant (AAAArgh avez-vous vu Safran, le nouveau jean de la collection Deer and Doe? Ainsi que le port trousers chez Pauline Alice??), je me lance dans le sublime fusain de Blousette Rose sortie en début d'année.

Fiche 4 - L'énergie

Je me rends compte que je n'ai pratiquement cousu aucun projets prévu dans ma collection automne TWP!! Et en y réfléchissant bien, ce n'est pas bien grave, car mon objectif, plus que d'établir un agenda contrôlé de mes futures créations est plus de... partir à la recherche des possibles, qu'ils se réalisent, ou pas!

14 août 2016

[Projet secret] La Robe de mariée

Tout a commencé sur le bord d'une table de cuisine :"Dis, tu voudrais pas me faire ma robe?" J'avoue avoir répondu "Oui" sous l'impulsion de la surprise d'avoir une telle demande de la part d'une amie et l'honneur de cette marque de confiance. L'ampleur de ce chantier herculesque ne m'est apparue qu'après : je m'étais engagée à coudre une robe de mariée en 2 mois en partant de zéro!! J'imagine naïvement que c'est un peu pareil lorsqu'on accepte une demande en mariage "Oui" versus "OMG j'ai vraiment envie de l'entendre ronfler toutes les nuits jusqu'à la fin de ma vie?!" ou lorsqu'on apprend que l'on est enceinte: "un petit être merveilleux pousse en moi" versus "Aaaaaah je vais devenir Maman, sérieux, moi?!". Sauf que l'un comme pour l'autre, on a généralement plus de 2 mois pour se préparer.

Pas le temps de trop m'apesentir sur le "Keskejéfé?!" car 2 mois, mine de rien, hé bien ça passe très vite!

Etape 1 : la chasse aux tissus

L'industrie du mariage est un business très florissant au Brésil et... très cher. J'ai été très étonnée du rapport inversement proportionnel entre prix, qualité et esthétique. Le meilleur moyen d'avoir une belle robe de qualité, plutôt que de l'acheter en boutique c'est de la faire faire par une couturière (compter environ R$15.000 la robe sans la matière première soit un peu moins de 5000€.) ou... de la faire soi-même! (mais la grande majorité des Brésiliennes la loue à la journée). Il y a donc un grand choix de magasins de tissus spécialement dédiés au mariage : imaginez des étals entiers remplis de satin, dentelle, soie... tout en blanc!

IMG-20160217-WA0002   IMG-20160217-WA0000

 modèle d'inspiraton de base

Un styliste nous accompagne et nous conseille tout au long de la vente : il nous dessine l'idée ou le modèle que l'on a en tête, calcule le métrage de tissu nécessaire... et c'est parti! La demoiselle voulait un modèle bien particulier, inspiré d'un modèle de robe existant : une robe fourreau et bustier en dentelle, s'arrêtant aux genoux, accompagnée d'une jupe-traîne en tulle à porter au-dessus. C'est un modèle résolument original et moderne!

20160417_190230_resized

Son choix s'est arrête sur une superbe dentelle d'Angleterre off-white, d'un satin assez lourd avec de la tenue, d'une doublure légère et 12 mètres de tulle!

Etape 2 : Patronnage et casse-tête

  • La robe en dentelle

J'ai ressorti mes cours et mes notes sur le patronage et me suis mise à dessiner le paron de base de la robe en suivant les mesures de la demoiselle. Les ajustements nécessaires ont demandés 3 toiles différentes! Le plus compliqué était d'assembler les pièces du puzzle : comment faire en sorte que tout s'encastre bien? Quels vont être les différentes étapes de ma couture? Par exemple :  à quel moment dois-je coudre la dentelle au satin? Sur quelles parties? Comment laisser la bordure en dentelle sans y toucher? Comment faire pour que le bustier tienne sans le renforcer avec des baleines?

Au final, de mon patron de base de robe bustier dessiné avec des découpes princesses pour bien suivre les courbes du corps, j'en ai dessiné trois autres :

- l'un, qui garde les découpes princesses, pour le fond en satin, sur lequel serait cousu la dentelle,

20160814_130537_resized

 

- l'un pour la dentelle, où j'ai fait glissé l'ensemble des pinces vers la ceinture, pour faire en sorte de ne pas toucher la bordure en dentelle

20160814_130553_resized

- l'un pour la doublure, qui inclut des parmentures

20160814_130601_resized

  • La jupe

La jupe est ce qui m'a demandé le plus de réflexion-prise-de-tête : comment fonctionnait tout ce bordel (quelque noms de basse-cour et vocabulaire injurieux ont dû m'échapper à ce moment-là). Elle est constituée de 3 panneaux distincts : l'un derrière, long, qui constitue la longue traîne, et deux plus courts, sur les côtés, qui accompagnent la descente de la traîne. J'ai passé une journée entière à épingler des mètres de tulle sur mon mannequin, en essayant des techniques de drapé, tout sauf académique, coupant, cousant, recoupant, refaisant pendant de longues heures jusqu'à arriver au résultat voulu.

Work in Progress - à une heure déjà tardive...

20160423_204122_resized   20160423_204316_resized

 Après les dizaines de mètres de couture :

IMG-20160505-WA0003

Pour donner de l'ampleur et de la lourdeur à ce tulle tout léger et aérien, j'ai cousu quelques dizaines de mètres de bandes de satin... (En tout, 300 mètres de fil ont été utilisés)

IMG-20160505-WA0010

Veuillez excuser la mauvaise qualité des photos : prises de nuit, la veille de mon déménagement, la belle venait faire le dernier essayage afin que je puisse coudre les ourlets définitifs.

IMG-20160505-WA0008

Etape 3 : Elle a dit oui!

A. est partie définitivement du Brésil quelques jours après pour aller se marier en France, avant de s'installer dans son nouveau pays d'expatriation, l'Allemagne. Evidemment, elle a dit oui et je suis contente d'avoir réussi à coudre une robe, dans laquelle elle est magnifique, et qui a accompagné sa journée de bonheur : 

IMG-20160606-WA0013

000_7773

000_7711

000_7685 (1)

 Le bilan

Coudre cette robe de mariée, sans partir d'un patron ou de quelque chose d'existant, a été un projet titanesque pour moi! Faire du patronage et du moulage pour des pièces que l'on n'a pas l'habitude de coudre (et donc pour lesquelles on n'a qu'une vague idée de la manière dont elles peuvent s'assembler) était un grand saut dans l'inconnu sans élastique de sûreté pour me rattraper! J'ai eu l'impression de faire de l'ingénierie mentale jour et nuit, un peu comme si c'était à moi seule de créer les plans du Titanic. C'est un projet qui m'a stressée, mais qui rétrospectivement m'a boostée également : j'aime bien mes petites habitudes et mes petits sentiers battus rapides et sans dangers, sûrement parce que j'ai du mal à accepter l'échec d'une couture ratée, et cette prise de risque m'a fait du bien : elle m'ouvre de nouveaux horizons!

Bon... mon histoire avec les mariages n'est pas terminée car j'ai une nouvelle commande de 3 robes de demoiselle d'honneur (dont la mienne) pour un nouveau mariage l'année prochaine!

Posté par Mia-Dorere à 20:58 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 juillet 2016

[Escapade] Le temps d'un mariage en Normandie

Souvent, la routine nous entraîne : les jours s'enchaînent, fidèles à eux-mêmes, réglés sur nos habitudes quotidiennes. On ne les voit pas passer et pourtant ils continuent à s'agglutiner au compteur. Et puis, lorsqu'on prend une petite pause, le temps de respirer et de se rerourner un peu, presque 20 mois se sont écoulés! Il était temps de revenir aux sources : j'ai fait une petite escapade à la Française!

je vais revoir ma Normandie

L'escapade à la Française, c'est tout un concept : ce sont les heures qui s'allongent au rythme des cigales, c'est la peu qui burine alors que les glaçons tintent dans le rosé frais, c'est le pain qui se partage avec le fromage, assis sur les galets devant le clapotis des vagues... Je crois que c'est synonyme de vacances également. Bref, cette escapade, cela faisait des mois que j'en rêvais, énumérant la longue variété de fromages dont j'allais m'empiffrer (et vu qu'il y en a environ 1200 je vous laisse imaginer le nombre de soirées à passées à saliver sur ce projet) et listant mes projets couture que je devais terminer avant l'été pour les porter en voyage. Mais voilà, en couture, comme en fromage, j'ai souvent l'appêtit plus vorace que ce que la réalité ne peut supporter.

Beau soleil

Il y a une robe pour laquelle je n'avais pas le choix : à défaut de me présenter nue à la cérémonie de mariage, ce qui n'aurait pas été du goût des futurs mariés, il me fallait donc la terminer avant mon départ.

Robe Bustier Burda  

Après l'avoir vu ici, la ou encore là, ce petit bijoux de robe s'était invitée sur ma todo-liste "pour le jour où..." Evidemment, le contenu entier n'est pas voué obligatoirement à être réalisé un jour (surtout celui du "le jour où je voudrais être une sirène") mais la partie "le jour où j'irai à un mariage - autre que le mien", j'y tenais. ll y a des robes, décidemment, elles ne sont pas du tout pratique pour le bureau (et c'est d'ailleurs bien dommage qu'on ne puisse pas réutiliser ses robes de princesse pour le quotidien... peut être chez Google?), il faut donc sauter sur toutes les bonnes occasions spéciales... ou organiser des galas ou des bals masqués chez soi!

Robe burda 107-mars 2010

Pour l'occasion donc, j'ai ressorti ce vieux modèle intemporel de chez Madame Bubu : la Strapless corset Dress n°107 de mars 2010 (téléchargeable en PDF). Pour bien coller au tableau des mensurations, j'ai coupé un 36 à la poitrine et un 38 à la taille et au hanches, en prévoyant déjà l'espace suffisant pour absorder le repas. Avec du recul, j'aurais pu tout couper dans du 36 car j'ai regretté que la robe ne soit pas un peu plus ajustée dans la bas et à la taille. Je n'avais jamais cousu un équivalent de corset avec les baleines rigides et je ne savais pas trop à quoi ça ressemblait en vrai ni même comment cela pouvait se traduire en portugais. Au final, j'ai réussi à en trouver et vu que l'aimable vendeur a réussi à comprendre mon mime de la baleine corsettée sans que je ne meure de ridicule et donc je n'ai pas cherché un autre endroit où en acheter un peu moins : j'en ai donc 5 rouleaux d'avance et je ne sais toujours pas quel est le mot adéquat dans ma langue d'adoption. En même temps, pas sûre que j'en ai besoin avant un petit moment!

robe burda - devant   robe burda dos

Bref, une fois les baleines au bras, il a fallu les coudre! Vu que je ne suis pas une experte de la traduction bubusienne en français, je vous laisse imaginer en anglais. Hum, oui, voilà. Je suis donc allée puiser dans ma bibliothèque si par hasard, quelqu'un parlait quelque part, de la couture de baleine. Teresa Gilewska, auteure de pleusieurs livres de modélisme, en parle dans celui justement destiné aux robes de mariées : entre l'option baleine cousue (impossible à moins de casser l'aiguille), l'application d'un biais et la baleine dans un tunnel, je me suis finalement arrêtée sur cette dernière, en somme toute, assez simple. Elle consitse à coudre à coudre un tunnel (comme son nom l'indique) dans les marges de couture restantes. Ce qui implique de prévoir des marges d'au moins 1,5cm (surtout quand la largeur de votre baleine est de 0,8cm).

détail bustier dos

Le tissu des fond marins

A la base, je passais juste dans la fourmillante rue aux tissus, uniquement pour aller faire mon mime de la baleine, en espérant que cela parle à quelques pêcheurs bien avisés. Et puis je l'ai vu, de loin, telle la lumière du phare qui m'appelait dans les tréfonds de la nuit. Forcément, je n'ai pas résisté à l'appel de la sirène, puisqu'après tout, mon responsable de gestion du stock me glissait inopportunément à l'oreille que je n'avais pas de tissu coorespondant à ce formidable projet. Enfin, en vérité peut être que si mais il lui semblait qu'il lui était impossible de remettre la main dessus. Dans le doute, mieux valait ne prendre aucun risque et sécuriser la proie en ligne de mire. Je me suis donc jetée dessus, telle la mouche sur son pot de miel (c'est bon, vous avez l'image?). Malheur! Quand j'ai déplié mon précieux, il n'en restait plus que 0,90cm (lorsque Bubu indiquait 1,30cm). Baaah, ça serait un défi de plus à relever me suis-je exclamée en prenant quelques mètres d'autres tissus au passage. Fallait pas dégarnir le stock non plus!

Robe Bustier burda

On dit que l'amour rend aveugle. J'ai donc fermé les yeux sur le fait qu'évidemment, toutes mes pièces ne rentreraient pas dans mon coupon, et que la doublure serait dans un autre tissu. De prime abord, on ne penserait pas à ce type de tissu pour une robe de cérémonie : ce n'est que du 100% coton, rien de mirobolant! Pour autant, je me suis dit que la coupe, associée à ce superbe jeux de couleurs vert-bleu, serait amplement suffisante. Pour le coup, je pourrais peut être la remettre, vous savez dans un contexte un peu informel, "le jour où je travaillerai à Google". 

le bustier qui ne tombe pqs

L'amour c'est compliqué

Parfois les histoires d'amour ne sont pas un long fleuve tranquille. Il y a des hauts, il y a des bas, c'est la vie. Ce qui fait que ça continue malgré tout, c'est qu'on le veuille bien. Après ça reste cahi caha, on essaye d'écrire droit dans nos zigzags. Mon histoire avec cette petite robe n'a pas été différente : tout allait comme sur des roulettes lorsque je suis arrivée à la couture de la pointe devant : une calamité, recommencée 3 fois. Allez comprendre : la doublure est pourtant parfaite! Bon, ça fait une petite bosse du coup... un petit choc de la vie on dira...

robe burda 107

Fiche technique

fiche technique - robe bustier burda

Posté par Mia-Dorere à 23:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 mai 2016

[Sans limites] Lorsqu'on trop-top, on ne compte pas

Je me sens un peu comme la couturière prise en flagrant délit de blog buissonier, et qui attend avec angoisse de passer en conseil de discipline regulière.

Détail trop top 2

Pour ma défense Messieurs, Mesdames les jurés, sachez que je n'ai pas chomé au coin du feu et que la vie réelle a ses impératifs que la vie virtuelle ignore [Pascal, mon ami, je te revaudrai ça]. Comme par exemple (liste non exhaustive) :

  • gérer sereinement le changement de dizaine (oui, les trente ans m'ont rattrappée, et, excellente nouvelle, j'ai survécu). Ce qui demande une préparation digne d'un sportif de haut niveau pour avoir un moral d'acier, enchaîner les différentes bouteilles de vin et d'espumante, sorte de vin blanc pétillant (30 ans peut éventuellement être l'âge de la sagesse mais certainement pas celui de la richesse, et le champagne c'est hors de prix par ici, alors on se console avec le fac similé local) et souvent les blagues douteuses qui les accompagnent,
  • récupérer de l'orgie de gâteaux (ah c'est sûr, mon foie n'a plus 20 ans),
  • déménager dans un nouvel appart' pour une nouvelle vie! D'ailleurs j'ai une pièce rien qu'à moi, entièrement dédidée à mes machines et mes tissus! Et ou PERSONNE n'a le droit d'entrer, ne serait-ce même que pour poser l'ongle du petit doigt sur mes précieux ciseaux...
  • dresser mon chat pour qu'il garde la porte, 
  • se mettre dans la peau de Valérie Damidot et refaire entièrement la peinture de l'ancien appart, de préférence en nuitée, car la journée, on travaille!
  • de passer 3 semaines en formation intensive pour recevoir ma première certification de formatrice et coach!
  • réaliser le projet foufou de coudre une robe de mariée (ne me félicitez pas, ce n'est pas moi qui passe devant M. le maire)

Trop top - version b basque

J'en appelle donc à votre immense clémence, et espère que vous me pardonnerez cette disparition soudaine, mais nécessaire vous l'aurez compris, de la blogosphère. Ma pénitence étant réglée, revenons à nos aiguilles!

Côté trop top   Trop top à toucan

C'est trop top!

Pour me remettre de ces intenses émotions, je me suis remise à la couture avec un petit projet facile et inrattable : le merveilleux Trop Top d'Ivanne Soufflet. Im-po-ssi-bl-e d'être passé à côté, tellement le nombre de réalisations a inondé la blogo-couture, vous en avez forcément entendu parlé! Pour ceux et celles qui auraient fait une cure insta-détox, émigré sur une île déserte sans connexion internet (j'admire le courage!) ou comme moi, pris une période sabbatique de blog, voici une rapide présentation :

Détails - épaules pétales

C'est un pack de 3 versions différentes de petits hauts basiques pour femme en tissu strech ou non-extensible, de la taille 32 à 54 avec des emmanchures simplifiées type "kimono". Ivanne propose une foule de tutos pour adapter le patron et le décliner à l'infini : basque, volants, col, rabat de manche, pétale d'épaule, boutonnière, robe, pull oversize etc. Bref, ce patron pourrait suffire à créer, presque à lui-seul, une garde robe entière, ou en tout cas, sa grande majorité! D'ailleurs, il existe tellement de possibilités que Ma cabane en alaska a crée un  blog collectif, entièrement dédié à ce patron, qui lance un défi chaque mois.

Détail boutonnière trop top

En termes financiers, on pourrait affirmer que c'est un produit qui garantit un bon ROI avec de base, un bon rapport qualité-prix. En bref, l'investissement en vaut la chandelle!

Version #1 : le top pétale

De ma robe aubépine, il me restait une belle partie de mon coupon original en coton bio des Trouvailles d'Amandine, que je gardais précieusement en attendant LE projet coup de coeur. Petit coupon m'a suivie dans ma traversée de l'Atlantique, s'est posé dans le placard à tissus en attendant patiemment son heure. Et puis Trop top est arrivé, et mon coeur a fait Boum! Vous savez, cette sensation indescriptible de l'alliance coup de foudre lorsque le patron trouve son tissu, que le dessin technique se remplit de couleurs et se met subitement à danser devant vos yeux éblouis, que vos doigts commencent à picoter, que la machine commence à trépigner, que votre pied cherche frénétiquement la pédale... Lorsque le symptôme textilus-patronicus se présente, il faut le traiter et vite, sinon c'est une série de nuits agitées et cauchemardesques qui s'annoncent durant lesquelles votre coupon cherchera à vous étouffer par emmallotage tandis que votre patron vous maudira sur les 3 prochaines générations de machins à coudre... Il n'y a malheureusement pas de remèdes connus à ce jour, et on est obligée de suivre les desseins couturesques plus forts que nous.

Troptop1 - version B

Troptop1 - dos   Troptop1 - côté

J'ai donc cousu la version B avec les détails suivants :

  • dos boutonné
  • épaules pétales
  • finitions avec des parmentures au col
  • finitions au biais dorés pour les manches

Trop top femme - version B

Je ne suis pas très convaincue du tombé porté tel quel avec un pantalon : je ne sais pas si c'est le dos qui mériterait d'être raccourcis (tout en gardant une jolie courbe) ou si c'est le tissu qui manque d'un zest de fluidité. Mais c'est peut être dû à ma pause en apnée, qui évite tout mouvement incongru de respiration mal placée afin d'éviter de sautage intempestif de boutons. En effet, j'ai fait l'erreur de coudre des boutons, certes super migons et dorés, mais surtout super petits, pour des boutonnières trop grandes. Résultat : le dos s'ouvre intempestivement pour un effet sexy-whaouh pas très sérieusement bureau-compatible. Je recherche donc avidement leur homologues super-mignons-et-dorés et surtout plus grands.

Trop top à pétales

Version B - trop top

Je préfère le top porté rentré dans une jupe (ici ma jupe Brume de Deer and Doe).

Version#2 : chutes de perroquets

Il me restait un bout de coupon de ma robe Marina. La version B courte à basque s'est imposée, car ce sont les seules pièces qui rentraient dans mon bout de tissu. Le col et les emmanchures ont été terminés au biais rentré.

2

Je n'ai pas fait la même erreur que précédemment et ai choisi des boutons suffisamment grands pour rester bien sagement en place dans leur boutonnière.

Ouh la basque

Trop top 2 - court à basque   trop toptoucan de dos

Commencer à coudre un trop top, c'est comme jouer à la multiplication des pains : vous en faites un, il vous en vient 10 de plus!! D'autres versions risquent donc de s'inviter prochainement sur le blog... Pas d'excuses pour ne pas revenir d'ici peu!

17 avril 2016

[Marina] Une histoire de petits points

J'adore les petits points, vous savez, ce signe là en ponctuation ... Gramaticalement parlant, le terme exact serait les points de suspension car justement, ils laissent la phrase en suspens, comme si un mot, le primordial, celui qui donnera la certitude de la suite, s'était perdu dans la 7° dimension. Arrivent alors les si qui inventent les mondes hypothétiques des possibilités infinies que donnent à entrevoir ces trois petits points. Ces points-là c'est l'espérance.

Lorsque le blog Passeur de sciences a relayé le petit programme d'Adam Calhoun en se demandant si le style d'un écrivain pouvait se reconnaître à sa ponctuation, forcément, cela a éveillé ma curiosité. Et concernant ces petits points, on peut dire qu'il y a des écrivains qui aiment jouer avec l'incertitude des phrases suspendues, et d'autres qui sont plutôt tranchés dans leur un point c'est tout. Du coup j'ai été curieuse de prendre la ponctuation de l'un de mes articles, ce qui donne ça :

ponctuqtion article couture sportive

Ponctuation de l'article "Couture sportive"

Je m'aperçois donc que, outre ces petits points sporadiques, j'utilise des phrases à tiroirs, ponctuées de parenthèses interrogatives. Mes articles ressemblent donc à des commodes avec des tiroirs sans fond. Vous ne saurez jamais ce qu'il y a à l'intérieur...

Et en couture alors? Notre style peut-il également se reconnaître à nos petits points?

détail perroquet

La robe Marina...

Marina est la robe de la collection Printemps-été 2015 de République du Chiffon. Elle a une encolure carré, un buste aux découpes princessess, une taille ceinturée légèremment descendue et un petit air des années 50. Elle est relativement simple à coudre et avec du recul, je me dis qu'elle serait également relativement simple à patronner. Bref, pas vraiment le patron qui justifie entièrement son investissement. Mais, parfois le coeur a ses raisons que la raison ignore. Ce qui explique de manière résumée le pourquoi du comment Marina s'est retrouvée aux côtés de Josy (ma MAC) au Brésil.

Marina - république du chiffon

Je l'ai cousu en taille 36, en décidant d'ignorer superbement le fait que mes vraies mesures de hanches sortaient des limites annoncées du 36. Marina c'est une chic fille parce qu'elle a accueillie mes rondeurs fessières à jupe ouvertes. C'est la magie des fronces. 

Republique du chiffon - Marina

Cette robe est totalement bureau-compatible. la collègue idéale qui vous accompagne à la pause café ou aux toilettes, et qui vous écoute patiemment parler sans vous interrompre. Avec des ballerines ou des talons, une veste tailleur sobre, Marina a la classe.

Marina bureau compatible

En résumé, le paron en lui-même ne vaut peut être pas son prix mais il y a de très grandes possibilités de le rentabiliser à fond... (petits points de suspension pour marquer et souligner l'étendue des possibilités qui s'offrent à vous, à multiplier exponentiellement avec la multitude de tissus en votre possession actuelle ou future. J'adore ces petits points!)

 ...et ses petits points

Parlons-en donc de ces points! En eux-mêmes, ils ne montrent que difficilement la patte de la couturière : ils sont droits, en zigzag ou avec des variations de broderie en fonction des possibilités de votre machine. Autant certaines ont des caractéristiques percutantes type : petit col blanc (je ne citerai personne!), une passepoilite aïgue (insoignable paraît-il), une noeudrochite version grave (okaaaay j'avoue)... Mais tous ces détails sont des petites améliorations ajoutées au modèle, un peu tel l'écrivain qui rajouterait un petit jeu de mots jambesque type pas-de-bourrée, toupie, arabesque.

Marina - autopsie

Si on fait une autopsie un peu plus poussée de Marina, on trouve quelques petits balbutiements de style :

- McGyver : J'ai plus d'entoilage termocollant, c'est pas grave, je prend des restes de toile que j'assemble à la surjetteuse ni vue ni connue. En couture noire, hein, parce que c'est un peu pénible de changer 4 bobines de fil à chaque fois. Non, mais, ho! On peut dépanner mais on ne va pas faire de miracle non plus!

- "jte-dis-que-ça-passe" : la fermeture invible de 40 cm alors qu'il est bien spécifié qu'il en faut une de 60cm, mais qu'elle n'est pas dans notre stock, et que donc il faudrait faire une expédition urbaine, tout là-bas dans le centre ville à 1h30 de chez moi, et que je vais perdre ma demi journée alors que je veux ma robe tout-de-suite-maintenant. Bref c'est tranché : je me contorsionerai pour enfiler ma robe le matin et ça passera je vous dis.

RDC - robe Marina

- le point zigzag c'est la vie : presque autant que le point droit (la base de la base). Josy, MAC première de son nom, n'a pas beaucoup de possibilités de points (21 en tout) et le point de surjet, elle ne connaît pas. A la place, le point zig-zag fait son job, consommant sur son passage quelques centaines de mètres de fil.

Robe Marina - détail corseage

- je déteste mais je fais quand même : les finitions à la mains. Autant être claire : je hais! Je rêve d'une mention sur le patron /!\ finitions à la main. Autant vous dire que je partirai en courant. C'est peut être d'ailleurs pour cette même raison que cette mention n'existe pas.

Entre la commode à mots et le McGyver du bout de ficelle, ce serait intéressant d'avoir une analyse freudienne de la question... Et vous, c'est quoi votre style? 

Fiche technique - Robe Marina - RDC