Autant, la question ne se pose même pas pour un jean ou une veste, que ce soit pour une notion esthétique ou pour une question de praticité, autant pour une robe...

L'idée ne m'aurait pas effleuré l'esprit de rajouter des poches à une robe, si ce n'est le nombre grandement majoritaires de modèles actuels (Madame Bubu grande militante en tête de front, Deer&Doe et même... Vogue!) qui imposent les poches à leurs robes comme si c'était une évidence...

A quoi servirait-il donc de coudre un détail inutile, qui n'est même pas joli parce qu'il ne se voit pas à part perdre du temps et favoriser le développement des fabricants de tissus en nous faisant augmenter le métrage de matière première nécessaire (on est d'accord, on ne coud pas des poches de 3 mètres de long... mais 20 cm par ci par là, surtout pour celles qui aiment les poches en liberty, ça peut vite coûter cher)? Le grand lobby textile serait-il derrière tout ça?

Prenons l'exemple de la Robe 1D de Madame-Bubu-aime-les-poches Couture Facile du Printemps/été 2012 :

Robe 1D - Burda CF été 2012

A quoi ses poches peuvent-elles donc servir?

Hypothèse 1 : La planque à main

C'est vrai, lorsqu'on arrête de coudre ou de couper du tissu, ben on ne sait plus trop quoi en faire, on s'entortille les cheveux autour du doigts, on se ronge les ongles, ça pendouille au bout du bras c'est lourd, bref, Madame Bubu a pensé à nos tristes période post-couture et nous propose des poches range-main.

La planque à main

Hypothèse n°2 : la stratégie shopping.

Ou comment avoir une nouvelle paire de chaussures sans la payer.

Cette hypothèse nécessite la présence d'un Homme, de préférence bien attentionné ET au portefeuille bien garni bien rangé dans ses poches à lui.

L'idée générale est de passer innocemment devant une ou deux vitrines garnies de chaussures dansant la rumba pour attirer de manière innocente toujours, notre oeil pur et naïf. "Oh Chouchou, juste deux minutes, celles-ci en rose m'appellent, il faut que je les essaie!". Il est conseillé alors de commencer la danse de l'amour de la chaussure : tournicoti par ci, on se baisse par là, petit show de la cheville lumineuse "elles sont tellement beeeeelles, je les prends!". Il est plus que primordial alors de passer de l'état de bonheur illuminé absolu - vous avez 5 ans et venez de découvrir les cadeaux sous le sapin - à la détresse la plus totale lorsque vous faites le coup de la poche vide

La robe à poches

"Ohhh naaaaan, j'ai oublié mes sous!!! Tu peux me les prendre Chouchou?" Clignements de yeux de biche...

Test de la robe tunique

Mais à la réflexion, cette hypothèse me paraît peu probable : outre le fait que, généralement, on a plutôt tendance à omettre de raconter nos achats compulsifs de paires de chaussures à Chouchou qui ne comprend pas "qu'on en a déjà 17!!!!" Et alors? Et puis une femme se déplace toujours avec son sac, telle l'extension naturelle de son épaule.

Bref, reste l'hypothèse une... ou celle des grands affreux lobbyistes pronant une consommation irresponsable du tissu à outrance dans le but de développer le règne de la poche... [NB ; oui, j'ai un stock démentiel de tissu, mais ma consommation est totalement responsable et réfléchie : je les utiliserai TOUS un jour]

avec ou sans ceinture cordelette

S'il y a une chose que je préfère rajouter à ma petite robe, certes peut être inutile - après tout, il y a déjà un élastique pour marquer la taille - mais au moins décoratif, c'est une ceinture en cordelette tressée. C'est tout simple : 3 brins d'1m20 chacun. Bon c'est pas assez en fait... La prochaine fois je prendrais au moins 5 mètres pour avoir assez de cordelette pour faire un joli noeud.

Robe 1D - Burda Couture Facile été 2012

Excepté l'inutilité des poches - que j'ai tout de même cousu, notez au passage mon application appliquée des consignes burduesques - aucun autre sujet à débattre autour de cette petite robe. Pas de difficulté particulière à la coudre, il faut juste faire attention à ne pas mélanger ou confondre les nombreuses pièces entre elles ou dans leur ordre de cousette. La paresse m'ayant soudainement prise par surprise, j'ai laissé tomber l'idée du biais maison dans le tissu de la robe alors que du beau biais tout bien préparé du commerce attendait sagement l'heure de sa venue sous l'aiguille...

L'heure de la rebellion de la poche a sonné : je n'en coudrais plus JAMAIS sur une robe! C'est décidé!

Enfin... peut être un peu quand même... dans le cas où, le jour viendra où je maudirais mon ignorance de ne pas en avoir cousu partout tellement elles me seront devenues indispensables...